Le temps d’un trajet…

Assise sagement dans la voiture aux côtés de ses frère et sœur, son papa au volant, elle regarde émerveillée sa maman maquiller ses lèvres. Sa maman ne sort jamais sans être maquillée. Ses yeux sont bleus, mais elle aime les farder d’azur. Un trait de crayon noir lui fait des yeux de biche. Et sur les lèvres, le maquillage se fait plus discret. Seule une petite touche de brillance rosée les met en valeur dans la lumière du jour. Qu’elle est belle avec ses long cheveux auburn qui lui retombe jusqu’au creux des reins ! Comme toutes les petites filles, elle est intimement convaincue d’avoir la plus belle maman du monde.
Crédit photo Pinterest

Sa maman est fin prête, et voilà qu’elle lui tend son brillant à lèvres.  » Tiens, mets toi s’en un tout petit peu « , lui dit-elle à son plus grand plaisir. Comment a-t’elle deviné que c’est justement ce dont je rêvais, se dit-elle. Elle en conclue alors très logiquement que les mamans ont le don de lire dans les pensées des petites filles. Toute fière et émue à la fois, elle applique délicatement un peu de brillant sur ses lèvres. Et les yeux remplis de gratitude et de complicité, elle le lui rend pour qu’elle puisse le ranger bien précieusement.

Heureuse, elle regarde la vitre constellée de gouttelettes d’eau, souffle doucement pour voir la buée s’y former et dessine avec son doigt un petit cœur tremblotant. Romantique et rêveuse, elle s’imagine des histoires de prince charmant au pays des rêves qui viendrait la prendre par la main et l’emmener sur un beau cheval blanc. Mais ce n’est que des histoires pour bercer les petites princesses, elle le sait bien, elle est lucide. Et de toute façon, où l’emmènerait-il ? Pour le moment, elle se sent très bien entourée par un petit frère qui suce son doigt et sa petite sœur a qui maman lui laisse même donner le biberon. Et puis, elle a encore besoin de la protection de son papa et de sa maman, car le monde est bien trop grand pour elle et il lui fait un peu peur aussi. Maman dit toujours qu’il ne faut jamais répondre à un étranger ni accepter des bonbons d’une personne qu’on ne connaît pas. Il doit y avoir des raisons à cela, mais elle n’ose le lui demander impressionnée par le sérieux et l’intensité avec lesquels sa maman le lui interdit.
Doucement, la voiture s’arrête mettant un terme à ses rêveries. On est arrivé à destination…
Publicités

8 réflexions sur “Le temps d’un trajet…

  1. Un beau texte Karine. L'enfance est un moment à part, entre désir de faire comme les grands et besoin d'être protégé. Ces sentiments sont très bien exprimés dans ton texte.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s