" Tu as vu, papa ? J’ai eu 19/20 ! " …

Assise à son petit bureau d’écoliers, elle regarde la maîtresse écrire à la craie blanche sur le beau tableau noir. Tous ses sens sont en éveil. Elle est avide d’entendre, de comprendre, de mémoriser toute cette connaissance qui afflue chaque jour. Elle s’applique, prend soin de ses livres et de ses cahiers. Elle fait attention à ses fréquentations, s’entourant d’autres filles qui lui ressemblent, des filles qui travaillent bien à l’école. Mais cela ne l’empêche pourtant pas de temps en temps, d’envier l’insouciance de celles qui mettent l’ambiance, qui sont populaires, qui la font sourire timidement par leurs bêtises ou leur effronterie.
Crédit photo pinterest
Le soir, quand elle rentre de l’école, elle prend à peine le temps de goûter que déjà la voilà dans sa chambre. Elle ouvre son cartable, sort son cahier de textes et commence sans rechigner ses devoirs pour le lendemain. Elle fait ses exercices de mathématiques, lit son livre de lecture suivie, s’entraîne pour la prochaine autodictée, apprend sa leçon d’histoire ou de géographie tout cela sans interruption. Elle s’octroiera un peu de repos quand ses devoirs seront terminés et son cartable préparé pour la journée du lendemain. 
Oui, c’est une petite fille studieuse peut-être un peu trop sérieuse. Tous les maîtres et les maîtresses qu’elle a eus jusqu’à présent ont toujours donné d’elle de bonnes appréciations. Sur son carnet de notes, on peut lire ces expressions qu’elle connaît par cœur  » bon travail « ,  » bonne participation en classe « ,  » élève sérieuse et appliquée « . Ses notes sont bonnes, comme le veut son papa. Oui, il veut qu’elle soit toujours dans les cinq premiers de la classe. Alors, jour après jour, tout au long de l’année scolaire, elle s’évertue à répondre à son attente. Même pendant les grandes vacances, chaque matin, elle fait docilement les exercices de son cahier de vacances pour être prête pour la rentrée de septembre.
Elle ne se plaint jamais de ce rythme intense. Elle trouve cela normal. Et puis, elle veut lui plaire, elle cherche son approbation, souhaite déceler dans ses yeux du contentement, de la fierté. D’ailleurs, au bout du compte, c’est cela qui lui pose le plus de problème, qu’elle trouve le plus difficile à atteindre comme objectif, beaucoup plus compliqué que ses devoirs scolaires aussi complexes soient-ils. Comment le satisfaire ? Elle a beau faire, elle a l’impression de ne jamais pourvoir y arriver. 
Et puis un jour, elle en aura marre, elle baissera les bras, jettera l’éponge. Ce jour là, c’est celui où toute joyeuse elle lui aura tendu sa toute dernière interrogation et lui aura dit : 
 » Tu as vu, papa ? J’ai eu 19/20 !  » 
Et lui, il lui répondra laconiquement : 
 » Pourquoi tu n’as pas eu 20 ? « …
Publicités

8 réflexions sur “" Tu as vu, papa ? J’ai eu 19/20 ! " …

  1. 😦
    Toutes les petites filles s'efforcent de faire naître une lueur de satisfaction et de fierté dans les yeux de leur papa…
    Et puis, elles grandissent et se font à l'idée que ça n'arrivera pas. Ça fait longtemps que j'y ai renoncé.
    Merci pour cette tranche d'enfance émouvante.

    J'aime

  2. La chute est dure. Il y a des personnes jamais satisfaites, des parents qui demandent toujours plus. Ton texte me rappelle beaucoup mon grand-père et les efforts ininterrompus de ma mère pour toujours être mieux et s'entendre dire que ce n'est jamais assez.
    Bonne soirée Karine.

    J'aime

  3. On a tendance a accentuer les failles des autres au lieu de souligner leurs forces. L'humain est majoritairement comme ça, il voit le verre a moitié vide au lieu de le voir a moitié plein…
    C'est une belle histoire. Triste, mais belle…
    Bises Karine. Passe un bon week-end

    J'aime

  4. Ahh l'insatisfaction des parents ! Mes pousses pourraient t'en raconter. Il faut dire que nous leur avons mené la vie dure, mais bon entre un qui avait du mal à suivre à l'école et l'autre immigré qui connaissait la valeur du travail scolaire ce ne fut pas toujours rose pour eux. j'en bats la coulpe de temps en temps et en même temps je pense que s'ils sont arrivés au stade où ils en sont ce n'est pas grâce à la fainéantise.
    Par contre j'étais ravie de toute note au-dessus de 10 et les encourageais à faire mieux la prochaine fois. Des 19/20 ils en ont eus quelques uns, fêtés dignement par un dessert…
    Bises
    Sabina

    J'aime

  5. Cc Karine
    Beau texte même si c'est une bien triste fin d'histoire que celle de cette jeune fille.
    Certains parents exigeants ne savent pas la chance qu'ils ont d'avoir un enfant sérieux, travailleur, appliqué…c'est pourtant un pur bonheur.
    Moi j'ai cette chance et je la savoure tous les jours.
    Ils faudrait que les parents qui se reconnaissent à travers ces quelques lignes, changent leur façon de faire, de dire, d'être…
    biz ma belle

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s