En vacances, Chéri et moi, nous sommes des aimants à boulets malgré nous.

Chéri et moi aimerions comprendre ce phénomène étrange qui se produit à chacune de nos vacances. Nous nous interrogeons. Nous élaborons des hypothèses. Oui, nous aimerions connaître l’explication parce que, franchement, ça nous arrangerait bien… Bon, je vous explique.
Chéri et moi, en vacances, nous sommes du genre solitaires, un brin sauvages. Nous évitons les plages où le sable disparaît sous des multitudes de serviettes accolées les unes aux autres, tel un patchwork. Nous n’entrons jamais dans des restaurants bondés où tu ne peux t’adresser à ton chéri sans avoir peur que ton voisin de table, qui se trouve à 20 cm, réponde à sa place.

Crédit photo Pinterest

Pendant les vacances, nous aimons notre tranquillité, le calme, le repos, respirer, souffler, décompresser, et nous avons besoin de notre solitude pour y parvenir. Le problème c’est qu’il est extrêmement rare que nous y parvenions. Pourquoi ? Parce que nous sommes des aimants. Nous attirons malgré nous.

Crédit photo Pinterest

Une petite anecdote ? Allez, cela se passe en Guadeloupe, sur une plage déserte. Je suis allongée sur ma serviette, Chéri fait trempette. Nous savourons chaque instant de cette douce et tranquille journée quand, au loin, nous voyons un groupe d’environ 5 personnes marcher sur la plage dans notre direction. Nous nous disons qu’elles vont certainement s’installer à bonne distance de nous. Mais non, elles continuent à marcher, marcher, tant et si bien qu’elles arrivent à notre hauteur. Nous nous disons alors qu’elles vont nous dépasser pour s’installer un peu plus loin. Mais là encore nous nous trompons. Les voilà qui s’arrêtent à un mètre de nos propres affaires, étendent leurs serviettes, se mettent à rire, à se photographier, à courir tout autour de nous, à s’éclabousser…

Une autre anecdote ? Cette fois cela se passe sur une plage des Pyrénées orientales, en France. Nous sommes en voiture, nous longeons une plage surveillée bondée de monde, et nous parvenons à une plage non surveillée absolument déserte. Nous roulons sur un bon kilomètre et enfin nous nous arrêtons, certains de pouvoir nous délecter de cette journée au calme. Mais encore une fois, notre solitude est de courte durée… Au loin, nous apercevons une voiture qui roule dans notre direction. Nous pensons qu’elle va nous dépasser. Mais à notre consternation, le conducteur et sa femme se garent tellement collés à notre voiture qu’on ne peut ouvrir la porte sans toucher la leur…

Allez une petite dernière pour la route. Celle-ci se passe dans un restaurant de bord de mer, dans le sud de la France. La pièce du bas étant déjà pas mal remplie, nous demandons au restaurateur une table pour deux dans un coin tranquille. Il nous propose d’aller en terrasse à l’étage. A notre plus grande joie, nous sommes seuls au beau milieu d’une quarantaine de tables vides. Mais, comme à l’accoutumé, notre tranquillité ne va pas durer. Une famille nombreuse arrive. Là encore ce n’est pas le problème. Nous aimons notre prochain, et eux, comme nous, ont le droit de vouloir être tranquilles en terrasse. Non, le problème il est qu’au lieu de se choisir une table à quelque distance de la notre, ils s’installent à la table la plus proche, si proche qu’une de leurs chaises est collée à la mienne, et me fait bouger à chacun de leur mouvement un peu brusque…

Je vous assure que des anecdotes comme celles-ci j’en ai à la pelle, et que je n’ai vraiment rien exagéré !
Alors nous nous interrogeons. Ces personnes-là auraient-elles peur de la solitude, du silence ? Auraient-elles besoin du regard des autres pour exister, se sentir vivantes ? Se sentent-elles rassurées à la condition d’être entourées par d’autres personnes ? Nous ne savons pas…
Et vous qu’en pensez-vous ?
Publicités

16 réflexions sur “En vacances, Chéri et moi, nous sommes des aimants à boulets malgré nous.

  1. Je ne sais pas si il y a une explication à ça ! mais t'inquiètes vous n’êtes pas les seuls, moi souvent c'est sur les parkings, je suis du genre à me garer tout au fond mais à mon retour il y en a systématiquement une voiture collée à la mienne alors qu'il y a pleins de places autour, ça c'est une anecdote vécue le week-end dernier sur le parking de l'hôpital, grrr! Bizous

    J'aime

  2. J'ai déjà observé ce phénomène, trop souvent moi aussi…
    J'aime ma tranquillité et ma solitude et le fait de me retrouver avec quelqu'un dans ma zone de « confort » me stress mais l'Homme est grégaire, le « syndrome » du mouton »…ça doit être rassurant pour la majorité des gens d'être en groupe, de créer une proximité.
    Bises Karine. Passe une belle soirée.

    J'aime

  3. Je ne comprends vraiment pas les gens qui font ça, c'est juste pas agréable d'être collé à quelqu'un aussi, on ne se sent pas à l'aise! Je vous plains en tout cas… Mais l'image des oiseaux est trop mignonne, toute mimi petite boule bleue ❤

    J'aime

  4. Je serai d'avis de dire que les gens se sentent souvent seuls, même quand ils sont en groupe, ou bien certains préfèrent être prêt des autres, ça a un côté rassurant.
    Moi, la plupart du temps, je recherche plutôt des endroits ou il n'y a personne, je tiens à ma tranquilité!!
    Grosses bises Karine! Et merci pour cet article rafraichissant.

    J'aime

  5. Oh c'est un phénomène que je rencontre assez souvent…et ça m'agace !!

    Je crois que certains gens ont besoin de se rapprocher des autres, tu vois le côté rassurant « on est dans un endroit un peu vide, alors on se met tout près des autres humains » ^^

    J'aime

  6. On est comme vous, on aime être seuls au monde et on a observé la même chose : les gens doivent penser que si on est là -à cet endroit précis- c'est que c'est là qu'il faut être ou qu'on a le droit d'être. J'ai remarqué qu'ils ont besoin d'un témoin ou d'un repère. C'est comme cela que je me l'explique mais ça ne me console pas pour autant ^^

    J'aime

  7. Je suis d'accord avec les copines, l'Homme est un animal qui a peur de la solitude, du coup il croît que se coller à quelqu'un lui permettra de se sentir moins seul, question pour un bac philo. Ma croix à moi ce sont les renseignements. Tu peux être certaine que sur une place avec une foule on viendra me demander un renseignement, pas à mon voisin, non, à moi. C'est aussi une intrusion tout comme s’immiscer dans la zone perso de chacun d'entre nous. Enfin c'est parfois rigolo, mais souvent cela m’irrite, d'avoir une tête de syndicat de tourisme. Biz et si tu les envoyais promener la prochaine fois ?

    J'aime

  8. Haha je suis parfaitement coutumière de ce phénomène paranormal x)
    Je suis Corse y suit née et y habite depuis 24ans et nous les Corses sommes aussi toujours très étonnés de voir les touristes se coller aux gens sur la plage (particulièrement) c'est tellement pénible !
    Du coup comme cela m'arrive souvent en période touristique je doit avouer qu'il m'arrive de leur faire la réflexion peut être parfois de manière un peu cassante…

    J'aime

  9. Tout comme toi, moi aussi je suis assez solitaire, et pour répondre à ta question, je crois en effet qu'il y a des gens qui ont besoin d'être entouré pour se sentir exister, j'en vois beaucoup comme ça autour de moi, après s'ils sont heureux comme ça c'est l'essentiel, mais des fois j'ai l'impression qu'ils surjouent. Pour m'expliquer, ils faut toujours qu'ils exagèrent, crient fort, font les intéressants, mais ça sonne faux en fait. Enfin je ne parle pas de ceux qui font ça de temps en temps, mais justement presque tout le temps comme si c'était leur seule façon d'exister tu vois! Je ne comprends pas, moi j'aime bien me retrouver seule, chez moi, au calme, des fois, ça fait tellement du bien au final. 🙂

    J'aime

  10. c'est fou comme certains ont besoin de se coller aux autres, et ensuite ne prennent aucune précaution pour déranger le moins possible. J'ai du mal à comprendre ce fonctionnement, a moins que ce ne soit intentionnellement pour faire ch… le monde …

    Bon, bhen j'espere que tu ne croisera pas d'autres spécimens de ce genre !!

    J'aime

  11. Je rigole toute seule derrière mon écran mais j'imagine bien que ça n'a pas du vous faire rire !
    Ca nous arrive pas forcément mais nous on a le don au resto d'être toujours servi après les autres … du coup, je fais mon Kaliméro … c'est trop inzuste !!
    Gros bisous ma belle

    J'aime

  12. MDR,je vois que je ne suis pas seule!
    Dans le RER une inconnue m'a demandé si j'avais un stérilet.:-D
    Ah cette joie d'être un aimant à boulet! Comme me dit mon mari ( qui ne les attire pas),c'est parce que j'ai l'air d'écouter les gens. Je ne sais pas…

    J'aime

  13. Tu me rassures : j’avais peur que nous soyons les seuls aimants à boulets ! Cette année, j’ai passé une de mes après midi à la plage à déplacer ma serviette parce que chaque fois, des boulets venaient s’y coller :/ (et ce n’était pas en juillet ou aout, il y avait de la place).
    Et en bivouac, plateau de plusieurs hectares relativement plat, personne, sauf un boulet qui a voulu se coller à nous … Nous l’avons viré avec pertes et fracas !

    Maintenant, on se gène moins : soit on vire, soit on fait faire du bruit aux gamins (ils sont relativement redoutables dans leur genre et faut bien que ça serve des fois)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s