Je suis une " No kids " épanouie ! Si, si, c’est possible !

A 5 ans, j’aimais donner le biberon et m’occuper de ma petite sœur dès que ma maman me le permettait. A 14 ans, je choisissais d’effectuer mon stage scolaire de trois jours dans une crèche de quartier. L’expérience m’a tellement plu que, dans mes souhaits d’orientation scolaire, j’indiquais que je voulais suivre une formation  » Sanitaire et sociale  » pour pouvoir travailler au milieu des enfants. Mais mon professeur de français m’ayant convaincue d’entrer en Seconde, j’ai étudié les métiers du livre, ce que, soit dit en passant, je n’ai pas regretté.
Crédit photo Pinterest

J’ai toujours beaucoup aimé les enfants et ils me le rendent bien. Pourtant, le choix que j’ai fait va peut-être vous paraître étrange. Très jeune, j’ai su que je ne voudrais pas d’enfant. J’ai su que je pourrais être heureuse sans pour autant avoir des enfants, que mon bonheur et mon épanouissement personnel n’étaient aucunement liés au fait d’avoir ou non des enfants. 

Alors comme notre société aime nous mettre dans des cases, j’ai été mise dans la catégorie  » No kids « . Selon une enquête effectuée en 2010, sur les 5275 femmes et 3373 hommes âgés de 15 à 49 ans interrogés, 6,3% des hommes et 4,3% des femmes déclarent ne pas avoir d’enfant par choix.
Heureusement pour moi, j’ai rencontré Chéri qui avait et qui a toujours le même point de vue que moi sur cette question délicate et souvent mal comprise. Nous avons fêté nos 17 ans de mariage cette année et nous sommes heureux de pouvoir nous consacrer l’un à l’autre. Nous profitons aussi avec plaisir de nos chers petits neveux en allant quelques fois les chercher à l’école, en les faisant goûter, en les emmenant au cinéma ou en les recevant à la maison pour les vacances.
Je dis que ce choix est souvent mal compris de par mon expérience personnelle. Combien de fois, en effet, ai-je entendu ce genre d’expressions dans la bouche de personnes pourtant bien intentionnées :  » Alors, c’est pour quand ? « ,  » Ça va venir, tu verras ! « ,  » Tu le regretteras « , ou  » Tu ne seras pas une femme épanouie « … 
Difficile aussi de soutenir quelques fois les regards d’incompréhension de la part de ces personnes qui, après m’avoir demandé si j’ai des enfants, m’entendent leur dire non.  » Comment est-ce possible, elle est mariée depuis plusieurs années, elle est trentenaire et elle n’a pas d’enfants ! Comme c’est bizarre…  » se disent-elles tout bas. 
Certains nous qualifient d’égoïstes. Mais peut-on être égoïste envers un être qui n’existe pas encore. Peut-on être égoïste en refusant de partager les malheurs et les souffrances de l’humanité avec un petit être qui n’a pas demander à les vivre ? C’est difficile quelques fois de se sentir jugé sur une question aussi personnelle…

Illustration tirée de la BD  » Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? 1. Celle qui ne voulait pas d’enfant » de Véronique Cazot et Madeleine Martin.
Mais bon, ce n’est pas grave, j’assume ce choix et rien ne me l’a encore fait regretter, bien au contraire au vu des nombreux soucis dans lesquels se débattent de nombreux parents. Et puis, je savoure les nombreux avantages liés à ma situation :
– Pas besoin de faire garder les enfants pour un resto ou un ciné en amoureux.
– On part en vacances  » hors saison « , ce qui veut dire des vacances moins chères et plus reposantes.
– Je n’ai pas la peur au ventre que quelque chose leur arrive (harcèlement, accident, maladie, racket… ).
– Côté cuisine, c’est plus simple et plus rapide.
– Le ménage, les lessives et le repassage sont véritablement réduits.
– Je peux dormir sur mes deux oreilles…
Bon, j’avoue cependant qu’un petit  » Je t’aime, maman « , accompagné d’un petit bisou tout doux dans le cou ne serait pas pour me déplaire…
Crédit photo Pinterest

Eh oui, on ne peut pas tout avoir !

Publicités

28 réflexions sur “Je suis une " No kids " épanouie ! Si, si, c’est possible !

  1. Aaah les fameux « Tu changeras d'avis plus tard », épique 🙂
    J'ai la chance d'avoir un chéri qui a la même vision des choses que moi, et ni ses parents ni les miens ne semblent ressentir le besoin de pouponner des petits enfants, pourvu que ça dure!

    J'aime

  2. Coucou, je suis comme toi, on n'a pas d'enfant avec mon compagnon, étant petite je devais m'occuper de mes frères et soeurs, du coup étant adulte je n'ai pas ressenti ce besoin d'en avoir (même si certaines choses comme toi peuvent me manquer) puis j'ai beaucoup de neveux et nièces que j'adore 😉

    J'aime

  3. Ce sont justement les choix assumés qui permettent l'épanouissement. Si c'est cela qui vous convient à ton chéri et toi, c'est bien là l'essentiel. Je n'ai qu'une fille et c'est aussi un choix assumé, pourtant j'ai souvent droit à des remarques ( à quand le deuxième? Et le petit frère ou la petite sœur?…). Ce que je déteste c'est ceux qui cherchent à me faire culpabiliser en mettant en avant que ma fille ne sera pas épanouie en étant toute seule, que je vais en faire une égoïste insociable. Maintenant j'ai trouvé la parade en répondant d'un simple non, la plupart du temps, la discussion s'arrête là. J'en avais marre de me retrouver à me justifier.
    Et tu as bien raison, certaines nuits, j'aurai bien troqué mon costume de Maman pour un bon oreiller!!
    Bises Karine

    J'aime

  4. Coucou ! Je comprends tout à fait que certaines personnes ne veulent pas d'enfants. On est tous différents ! Et tu sais mieux que personne ce qui est mieux pour toi ! Tu t'en fou de ce que disent les gens ! De toute façon, il y aura toujours des gens pour critiquer parce que soi disant tu ne rentres pas dans la ''norme''. Mais, ils n'ont pas compris qu'il n'y a pas de norme ! On est pas obligé de faire comme tout le monde. Bonne journée !

    J'aime

  5. Tu sais, Karine, quels que soient les choix qu'on fait, on a toujours des réflexions ! Moi, j'ai fait le choix inverse : non seulement avoir plusieurs enfants (4) mais en plus, les avoir jeunes ! Pour moi, c'était ça qui faisait sens. C'était une évidence. Mais pour beaucoup, c'est totalement incompréhensible et j'en ai entendu de toutes les couleurs, tu peux me croire ! Je me dis qu'on ne vit pas pour les autres et que l'essentiel est de tracer la route qui nous correspond le mieux.
    Et puis, je ne peux que te confirmer les avantages que tu cites – en parfaite connaissance de cause ! Je ne regrette pas mon choix (je crois que j'aurais difficilement pu faire autrement), mais j'avoue que c'est dur, quand ils sont petits et totalement dépendants de vous. Plus les miens grandissent, plus je savoure les moments de tranquillité/facilité retrouvée.

    J'aime

  6. « pas d'enfant, tu es égoiste », voilà ce que j'entends. Oui je suis égoïste mais je n'en veux pas (de toute manière, j'atteins la date de péremption :), Je n'apprécie pas trop les enfants, Je m'occupe de mes nièces maintenant qu'elles ont plus de 10 ans mais à petites doses car je sature vite. Je ne veux pas non plus d'animaux de compagnie ni de mec en permanence, Je ne veux avoir que moi à gérer et j'apprécie les gens autonomes : les nanas rivés à leur mec et à leurs enfant et inversement, Ca me pétrifie. Je fais partie des gens qui ne s'ennuient jamais seuls et qui refusent la moindre contrainte. Il faut de tout pour faire un monde !

    J'aime

  7. Le « pas d'enfants c'est égoïste » je l'ai déjà entendu quelques fois… Et j'ai rencontré une amie qui trouve ça tout autant égoïste d'en vouloir. En fait, en quoi est-ce que c'est plus ou moins égoïste de vouloir ou pas des enfants? Et après réflexion, je me demande, mais quel rapport???
    Bon, ça fait toujours du bien de lire ce genre d'article en tout cas donc merci 🙂

    Pour ma part, pour l'instant je ne veux pas d'enfants, et je n'ai aucune idée si mon envie va évoluer ou pas.
    J'ai tendance à penser que c'est un choix de vie personnel, tout simplement?
    Belle journée à toi 🙂

    J'aime

  8. Moi ce qui me choque ça n'est pas que tu ne veuilles pas d'enfant mais ce sont les personnes qui te traitent d'égoïste ….
    Chacun ses choix de vie … Et ce qui est formidable c'est que ton chéri et toi êtes sur la même longueur d'ondes !
    Par contre, le « je t'aime maman » ou « maman tu sais tu es la plus formidable des mamans » et les câlins d'un petit bout moi je kiffe !!
    Des gros bisous ma belle

    J'aime

  9. C'est ton choix, votre choix et s'il vous correspond, je ne comprends pas pourquoi il devrait en être autrement. Ce qui est égoïste pour moi c'est faire des enfants pour faire comme les autres, et ne pas s'en occuper, les laisser tomber. Les personnes qui vous traitent d'égoïstes doivent être des personnes qui ne savent pas trop ou elles en sont dans leur vie, qui se posent des questions peut-être.
    J'ai toujours su que je voulais des enfants. Aujourd'hui, malgré la situation difficile que je vis, je ne pourrais pas me passer des petits bisous dans le cou, ni des « maman » que j'entends à longueur de journée. Mais je comprends très bien que certaines personnes ne soient pas tentées par cette vie là.
    Tu es épanouie dans ta vie Karine et c'est le principal, crois moi!!

    J'aime

  10. J'ai fais le même choix que toi et je l'assume pleinement! C'est toujours déroutant ces petites phrases de la part de nos proches nous reprochant de ne pas avoir d'enfants mais je m'y suis habituée et je me suis armée contre cela. Le principal c'est que moi, je sois en accord avec moi même, c'est déjà pas mal…
    Merci Karine pour ton témoignage.
    Bises

    J'aime

  11. L'essentiel (et malheureusement tout le monde n'est pas en mesure de le faire), c'est de faire de sa vie ce que l'on veut en faire. Vous êtes heureux d'avoir fait ce choix …. tout le monde devrait être heureux pour vous. Mais peut être certaines personnes sont-elles jalouses de ce choix assumé qu'elles auraient aimé faire mais qu'elles n'ont pas osé !!
    belle soirée

    J'aime

  12. Bonjour, j'ai lu avec assiduité ton article que je le trouve très juste. J'ai atterri sur ton article, via les So Bussy, justement parce que je me sens dans le même cas de figure que toi. Bien sûr, je suis encore jeune et je n'exclus pas un changement radical de personnalité qui me pousserai à devenir mère, mais pour le moment, je constate, comme toi, que tout autour de nous personne ne comprends que des gens normalement constitués ne puissent pas ressentir ce besoin de devenir parents.
    J'ai souvent affaire à des curieux qui veulent connaître tous mes arguments face à ça, mais pour éviter de m’épancher trop longtemps je préfère répondre que, qui sait, peut-être que lorsque ma situation (familiale, professionnelle…) me fera me poser profondément la question, notre environnement ne nous le permettra pas. Sans vouloir être pessimiste bien sûr.
    EN tout cas très bonne continuation, et bonne soirée !

    J'aime

  13. J'adore quand les femmes affirment leurs choix haut et fort (contre l'avis d'une majorité « des autres » 🙂 ). J'ai un profond respect pour tes choix et ta manière de les expliquer pourrait bien en décomplexer plus d'une 🙂
    Bravo Karine ! t'es géniale !!!!

    J'aime

  14. Je voulais revenir sur la question de l'égoïsme que les gens utilisent toujours à tort et à travers (ici dans le cas de l'enfantement). Récemment j'ai lu
    « être égoïste c'est demander aux autres de faire passer ses propres besoin avant les leurs »
    et c'est tellement vrai

    Tu ne demandes à personne de faire passer ton besoin (ou non besoin d'enfant) avant leur besoin. Je dis ça parce que je ne sais pas encore bien si je veux des enfants ou pas. Des jours oui, des jours non. Les jours ou c'est non et que malheureusement on me pose la question, comme tu dis on a droit à la ribambelle de phrases toutes faites. Longtemps j'ai dit que je n'en voulais pas, ce qui a fait pleurer ma maman. Une autre forme de faire culpabiliser. Aujourd'hui, comme je dis, je ne sais pas.

    Mair pour rebondir encore sur l'égoïsme, désormais quand je surprend ma pseudo « conscience » (tu sais le jeux de l'ange et du diable sur l'épaule) qui me dit « sale égoïste » je me demande « ai-je demander à autrui de faire passer mon besoin avant le sien ». Souvent la réponse est « non j'ai fait passer mon propre besoin avant le sien, je ne lui ai pas demander de tout laisser tomber pour moi ». Je ne sais pas si tu saisis la nuance ? En tous cas elle me rassure, parce que penser à soi, a savoir ce qu'on veut, a faire ce qu'on aime, ce n'est pas de l'égoïsme, c'est du bon sens

    J'aime

  15. Merci pour ton article, perso je pense que c'est toi qui à raison dans notre monde actuel en + qu'elle vie auront-ils? Perso je m'ennuie dans ma vie de famille maintenant qu'ils sont ados et ça ne va pas aller en s'arrangeant, et mon mari n'aime rien faire 😦 Bizous ma belle!

    J'aime

  16. Je ne fais aucun prosélytisme, ni dans un sens, ni dans l'autre, parce que c'est irrespectueux et présomptueux. La seule chose que je me vois répondre à l'indélicatesse de certaines personnes, c'est « Mais qu'est-ce que ça peut bien te faire ?  » Et j'ai beau chercher, je ne trouve pas d'autre réponse à ces jugements à l'emporte pièce, que de bêtement et simplement conforter la personne qui les émet, dans son propre choix de vie.

    J'aime

  17. Comme tu le dis si bien, la société nous met dans des cases et malheur à ceux qui ne rentrent pas dans les bonnes ! L'essentiel est, à mon humble avis « d'avec » (mais qui partage la vie d'un « sans »), de trouver son épanouissement dans son choix de vie tant qu'il n'est ni imposé ni subi. Et surtout de ne pas avoir à se justifier en permanence. Sans compter que lorsqu'on observe le monde autour de soi, on se dit que certains « avec » auraient mieux fait de rester « sans »…

    J'aime

  18. A chacun(e) ses choix, du moment qu'on y trouve son bonheur. J'ai un garçon devenu grand maintenant. Plus de bisous humides et des je t'aime maman. J'aurai voulu une fille aussi. La vie en a décidé autrement. Tant pis.
    A bientôt

    J'aime

  19. Aucune honte ni regret a avoir si telle est ta décision, bien au contraire.
    Tu assumes et le clames au et fort, tu as bien raison.
    Rien n'est obligatoire dans la vie, il faut juste faire ses propres choix et ne pas tenir compte des critiques, car si il y a bien UNE CHOSE que l'on peut encore faire sans obligation, c'est bien d'être maman ou pas.
    Je comprends ton choix et pourtant je suis maman!
    Plein de bises Karine

    J'aime

  20. Non mais c'est quoi cette dictature où, parce qu'on naît féminin, il faut absolument faire des enfants. J'en ai eus trois, jeune, dont une décédée à 6 mois et j'en aurais bien fait encore un autre mais Jules n'était pas chaud pour cela.
    Aujourd'hui la question des enfants se pose pour ma pousse jardinière et sa marcotte, mais ce n'est pas à l'ordre du jour pour difficulté médicale et ils se posent sérieusement la question : est-ce nécessaire, à mon avis non, mais pour parents de marcotte oui…
    Je ne me permettrais pas d'influencer ni dans un sens ni dans l'autre,. Si c'est non : ok, no problemo, et si c'est oui, avec plaisir mais je ne me transformerai pas à chaque vacances en nounou corvéable. La pousse féminine cherche encore sa moitié d'orange et dit clairement que sans cela ce sera non, pas question d'être toute seule.
    Comme quoi tu vois choix de vies diverses et variés mais en premier il faut que le choix soit personnel et non imposé par les autres.
    Je n'ai jamais accepté qu'on me dicte un choix et c'est en général la meilleure façon pour que je fasse le contraire… et j'estime que la vie est unique, courte et doit être vécue comme on l'envisage.
    Bisous Karine et dis leur que tu n'es pas un clone.
    Sabina

    J'aime

  21. Mais comme je te comprends ! je suis moi-même dans le même cas que toi,et je m'en porte très bien 🙂
    No kids c'est plus de silence, moins de sous dépensés et surtout on part quand on veut ou on veut au dernier moment si on veut, et la liberté ça n'a pas de prix! 🙂
    Des bisous bisous, et bon dimanche à toi !

    Clara

    J'aime

  22. Mon dieu comme je suis heureuse de lire cet article ! J'ai la même situation que toi, et mon mari ayant eu des enfants d'un premier mariage je ne le rive pas et il l'accepte sans problème. Si tu veux des enfants, on ne te demande jamais pourquoi (on devrait d'ailleurs pour certains !!), mais si tu n'en veux pas, là on demande – c'est un peu contre nature non ? N'est-on pas programmé pour faire des enfants ? A quoi je réponds que je ne suis pas un robot : Je trouve que la vie n'est pas toujours le cadeau qu'on veut nous faire croire et je ne veux pas imposer ça à un môme, et de plus la vie est déjà pleine de luttes et de contraintes sans que je veuille en rajouter pour ma part. Mais surtout, je n'en ressens pas le besoin pour être heureuse ou épanouie, je le suis déjà comme ça, donc je ne vais pas me forcer au cas hypothétique où je puisse l'être encore plus après (pauvre môme, je ne le fais pas pour moi mais pour lui !) !
    Pourquoi se forcer à faire comme tout le monde si ça ne nous correspond pas ? La planète étant de toutes façons déjà surpeuplée, elle ne nous en veut pas, elle 😉
    Bref, merci pour cet article, bisous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s