Ce masque qu’elle aimerait voir disparaître

Elle regarde sa montre, 13h30, l’heure de se dépêcher si elle ne veut pas arriver en retard au bureau. D’un trait, elle avale son café en faisant une légère grimace. Depuis qu’elle a décidé de faire attention à son poids, fini le petit sucre roux dans le café. Elle regarde sa cuisine, tout est propre et bien rangé.
Dans la salle de bains, elle se lave rapidement les dents et vérifie son maquillage. Le miroir lui renvoie alors le reflet d’une jeune femme aux grands yeux tristes. Avec un petit effort, elle se voit sourire pour appliquer son rouge à lèvres.
Elle aimerait tant être plus gaie, sourire pour de vrai, retrouver son insouciance. Peut-être un jour cela sera-t-il à nouveau possible. Elle ne le sait pas, mais l’espère tout bas. Elle prie même Dieu pour cela quand, le soir dans son lit, ses yeux se remplissent de larmes qu’elle laisse couler doucement vers l’oreiller.
Tout est si calme dans l’appartement. Un visiteur pourrait croire qu’elle y est seule. Comment pourrait-on deviner que, dans le salon, assis sur le canapé, il est là, lui, l’amour de sa vie ? Il est là, les yeux dans le vague exprimant une totale indifférence à tout ce qui l’entoure.
Elle s’empare de son sac, de ses clés et s’avance vers lui.
 » Qu’est-ce que tu penses faire cet après-midi ?  » lui demande-t-elle.
 » Je ne sais pas.  » lui répond-il.
 » Tu as vu ce beau soleil ? Ça te ferait du bien de sortir un peu.
– Je n’ai pas envie de sortir.
– Et si tu invitais un de tes amis à venir boire un coup ?
– Je ne veux voir personne.
– Bon, il faut que j’y aille, je vais être en retard. « 
Elle se penche vers lui pour l’embrasser, mais il n’esquisse pas un geste. Alors elle se redresse et tristement quitte l’appartement.
Dans la voiture, elle serre les dents en allumant la radio et tout d’un coup les larmes se mettent à couler. Elle aimerait pouvoir les arrêter, mais comme à chaque fois, elle n’y parvient pas. Alors, machinalement, elle se met à conduire tout en s’essuyant les yeux et en espérant que son mascara ne coulera pas trop parce qu’elle sait qu’au bureau elle doit être au top, son chef le lui a bien fait comprendre quand il lui a dit récemment que les problèmes personnels ne doivent en rien influer sur son travail. Pourtant, elle a si peur pour lui, lui pour qui la vie a perdu toute saveur. La pensée qu’il puisse choisir de s’endormir pour toujours la taraude sans cesse et lui donne des crampes dans le ventre.
Crédit photo Pinterest
Heureusement, sa journée va passer sans qu’elle s’en aperçoive. Surchargée de travail, elle n’aura guère le temps de laisser place à l’angoisse. C’est seulement en voyant doucement la nuit tomber, les réverbères s’éclairer, les derniers clients rejoindre leurs véhicules et ses collègues lui souhaiter une bonne soirée que sa boule au ventre se rappelle soudainement à elle.
Sa journée de travail terminée, la voilà qui roule vite maintenant, prenant les raccourcis qu’elle connaît par cœur, pressée de rentrer. Une fois arrivée, elle monte quatre à quatre les escaliers et légèrement essoufflée ouvre la porte de l’appartement. Sans prendre le temps d’enlever sa veste ni de poser son sac et ses clés, elle s’exclame d’une voix qu’elle veut enjouée :  » Chéri, je suis rentrée ! Où es-tu ?  »  » Au salon  » lui répond-il d’une voix sans timbre. En partie rassurée, elle l’y rejoint et comme elle s’y attendait le trouve assis à l’endroit exact où elle l’a laissé cinq heures plus tôt. N’osant lui poser des questions sur sa journée par peur de l’énerver, elle lui raconte son après-midi tentant de le faire sourire par quelques anecdotes rigolotes. Mais c’est peine perdue, aucune ébauche de sourire ne vient éclairer son visage autrefois si joviale. Comme un masque de tristesse, la dépression est venue se plaquer sur ce visage aimé.
Publicités

13 réflexions sur “Ce masque qu’elle aimerait voir disparaître

  1. C'est très bien décrit Karine. La souffrance de l'autre nous laisse désarmé. La dépression parfois arrive sans crier gare et on ne sait pas comment agir, quoi faire face à celui ou celle qui n'a plus gout à rien.
    Grosses bises et beau weekend.

    J'aime

  2. Je sens comme du vécu là-dedans.
    Comme les filles, je confirme, pas facile d'aider un proche, parce que justement nous sommes trop proches et notre affect y vient jouer les trouble fête.
    Le seul moyen, se faire aider par un professionnel.
    Je t'embrasse et j'attends avec impatience ton prochain texte. Ils touchent vraiment des sujets sensibles et chapeau d'oser les mettre sur le net avec autant de pudeur.

    J'aime

  3. Aider un proche quand on sait que ça ne vaut pas ou que ça n'ira pas mieux est une chose difficile et il faut énormément de courage et de force pour l'aider au moins, et pour rendre chaque moment plus positif ! Dans ce monde assez cruel je l'avoue, il nous faut être optimiste et voir le bon de côté des choses … Parfois je me dis qu'il y a pire que nous, que nous avons un toit, à manger, … c'est ce que je dis à tout le monde pour que certains arrêtent de s'apitoyer sur leurs sorts. Après tout dépend du contexte, mais il faut rester fort et ne jamais abandonner …
    Bisou Bisou<3

    J'aime

  4. Même si je connais déjà cette histoire…. Histoire que tu m'as raconté il y a 1 an… quand j'ai fini de lire ton texte je me suis mise à pleurer… la dépression est vraiment une épreuve douloureuse pour celui qui la vie, ainsi que pour l'entourage qui se sent démunie face a cette maladie qui est défois pas toujours comprise….
    Bisous ma Karine

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s