Une semaine déjà, et beaucoup d’interrogations…

Une semaine déjà… J’ai l’impression que c’était hier… Moi qui n’écoute pas toujours les informations, qui me contente bien souvent des gros titres, là pour le coup, j’ai été servi… Et celle que j’ai tendance à oublier, à rejeter loin, très loin de moi, m’a alors frappé de plein fouet. Oui, la haine meurtrière m’a fait verser bien des larmes ces derniers jours, m’a laissé sans voix, m’a pétrifié.

Franchement, il faut avoir le cœur bien accroché pour vivre en ce bas monde. On me dit que je dois m’endurcir, mais pourquoi ?! Pourquoi entrerais-je dans ce cercle vicieux qui consiste à relativiser, à minimiser, à étouffer ses sentiments face à l’innommable ? On me dit : « C’est la vie… » Et bien non, non ce n’est pas la vie, la vraie !

Moi qui avais du mal à sortir de ma tanière, ces derniers temps, qui avais réussi à montrer enfin le petit bout de mon nez, je n’ai qu’une envie me retrouver dans ma bulle, loin du monde, loin de la méchanceté, loin de la souffrance, loin de la mort. Et pourtant, il faut être réaliste, la vie côtoie la mort jour après jour. Cette dernière plane sur nous au quotidien, mais on fait tous les efforts du monde pour l’oublier.

Ce qui me fait mal c’est de réaliser que, ce que nous avons vécu pendant quelques jours en France, d’autres le vivent tous les jours. Des hommes, des femmes, des enfants aux sentiments semblables aux nôtres vivent la peur au ventre, tremblent, pleurent et fuient devant la haine. Comment font-ils ? Se sont-ils endurcis, eux ?

Et puis, je m’interroge. Peut-on vraiment tout se permettre au nom de la liberté d’expression ? Peut-on insulter en son nom ? Respecter l’autre, n’est-ce pas aussi faire preuve de délicatesse, de tact envers ses idées, ses opinions, sans jamais porter de jugement ?

Je me dis que rien, absolument rien ne justifie le meurtre. Personne ne devrait avoir un pouvoir de vie ou de mort sur son prochain. Ceux qui s’octroient ce pouvoir se prennent pour des dieux, et ça ce n’est juste pas possible !

Source Pinterest
Source Pinterest
Publicités

22 réflexions sur “Une semaine déjà, et beaucoup d’interrogations…

  1. Merci pour cet article plein de sincérité !
    Je trouve bien que tu ais rappelé que certaines personnes vivent cela tous les jours, nous avons tendance à l’oublier ou à l’occulter car « c’est loin de chez nous », « ça ne nous concerne pas » mais des milliers de personnes sont mortes dans le monde en 2014 à cause du fanatisme religieux et il n’y à eu aucune manifestation, ni aucune « grande une » dans les journaux. En tant qu’humaine et citoyenne, ça me choque profondément!

    Ne te referme pas, au contraire, profite de chaque instant.

    Bisous

    Aimé par 1 personne

  2. D’abord l’horreur, puis la peine, les larmes devant de telles catastrophes, puis la révolte car cela fait des années que la haine et la violence de ces fanatiques tuent des milliers de personne sur terre sans que personne ne bouge. Ensuite l’envie irrésisitible de fuir ailleurs dans un endroit protéger de tout, ne voir que le beau, le simple, le noble. Puis les interrogations Karine.
    Aucun crime n’est acceptable. Pour ce qui est de la liberté. On dit que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Je crois que les propos de certains sont utilisés comme des armes contre d’autres. Les langues se délient et crachent du feu. Pour ce qui est des caricatures, je crois qu’elles sont là pour bousculer les consciences. Elles manquent certainement de tact. Pour certains c’est une trahison, et pourtant j’ai envie de dire que les Prophètes, quel qu’ils soient, sont au dessus de tout ça. Aucun mot, aucun coup de crayon ne peut leur porter atteinte.
    Enfin, tout ça est bien difficile et je pense que la clé pour ce sortir de cette impasse, c’est aussi et avant tout l’EDUCATION.
    Je pense bien à toi Karine et je t’embrasse fort. Je crois que s’endurcir ne sert à rien. La vie quoi qu’il arrive sera toujours plus forte et nous continierons à avancer, même en plein chaos. L’homme a des ressources infinies en lui.

    Aimé par 3 people

    • Oui, je suis bien d’accord avec tout ce que tu écris, Marie. L’éducation est essentielle, mais pas seulement dans les écoles, dans les familles aussi. Si on pouvait enseigner l’amour et le respect de son prochain au quotidien, on avancerait déjà vers un mieux. Je ne suis pas prête à m’endurcir, je ne veux pas que la folie de certains humains ait une influence sur mon cœur… Merci beaucoup pour tes encouragements qui me font chaud au cœur. Je t’embrasse bien fort.

      J'aime

  3. Il y a beaucoup de questions dans ton article, comme en chacun de nous…
    Pour les caricatures, le peu que je connaisse ne sont pas vraiment méchantes… Elles dénoncent juste les fanatiques. Un imam disait hier que l’interdiction de représenter leur prophète ne s’appliquait qu’aux musulmans, pas aux autres…

    Honnêtement, je pense que ce que nous avons vécu la semaine dernière n’a aucune mesure avec ce que vivent beaucoup de personnes à travers le monde tous les jours… C’était terrible mais une goutte d’eau par rapport aux yézidies, nigérians, congolais, syriens, etc. Mais c’est loin et ça n’intéresse personne alors on n’en parle pas :-/ La preuve: hier soir, il y avait un super doc sur les enfants de la guerre en Syrie, il a été diffusé à 23h 😦

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je pense aussi qu’il faut ouvrir les yeux sur ce qui se passe ailleurs qu’en France pour pouvoir en tirer des leçons et faire davantage preuve de compassion envers notre prochain… Merci pour ton com ! Grosses bises.

      J'aime

  4. Je me retrouve totalement dans ce que tu décris, Karine. L’effroi devant la violence et la haine du monde dont j’essaye de me protéger d’habitude. L’envie de me retrancher dans ma bulle. Et puis toutes ces questions que tu évoques.
    Une petite remarque au sujet des caricatures : Personnellement, ce n’est pas tant le fait de représenter le prophète de l’Islam qui me dérange (comme Marie, plus haut, je trouve que les prophètes sont au-dessus de ça), mais j’en ai vues que j’ai trouvées obscènes et qui m’ont heurtée, y compris dirigées contre la religion catholique. La liberté d’expression est nécessaire mais il me semble qu’elle ne peut se départir de son frère jumeau : le respect de l’autre. Ça me paraît essentiel.
    Bises Karine

    Aimé par 1 personne

  5. La vie est compliquée, ou plutôt complexe:  » ce qui me heurte ne te dérange pas … »
    Mais ces personnes qui ont fait ces actes innommables sont très loin de nos conceptions d’une vie en société. Cela ne les intéresse pas d’écouter l’autre, ils veulent dominer et tout est bon pour cela. Il faut oublier de vouloir les comprendre avec nos valeurs, et c’est peut être le plus dramatique dans tout cela on parle deux langages complétement incompréhensibles par les uns et les autres, le résultat on l’a vu : on dessine, on écrit, ils tuent…
    Catwoman a raison par ailleurs, nous n’avons aucune idée de ce que les peuples soumis à ces lois subissent, nous en avons vu qu’une miette, pourvu qu’un jour on en voie pas plus.
    Bonne soirée quand même

    Aimé par 1 personne

    • Oui, on a vraiment l’impression de parler deux langages totalement différents… C’est incompréhensible… Je n’essaye même pas de comprendre çe genre de personnes dénuées de conscience, d’ailleurs. Merci beaucoup ton commentaire. Bises

      J'aime

  6. Je ne peux pas rentrer dans des discours politiques ou religieux. Je ne dois connaître que la moitié des choses… Seulement je partage avec toi cette sensation de « il faut que je durcisse ». Souvent je me surprend à penser « qu’est-ce que j’étais bien adolescente ». Des fois je me dis que la vide d’adulte est trop dure et incompréhensible. J’ai aussi pleuré ces derniers jours face à des images horribles, touchantes, indescriptibles… Je vivais à Madrid lors des attentats à Atocha en 2004, ce pourquoi la semaine dernière je me suis dit, ça recommence: vivre la peur au ventre, dormir la peur au ventre… et pourtant il faut que je reste forte pour ma petite.

    La vie ne pend que d’un fil… et dernièrement trop de choses sont venues me le rappeler !

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour avoir exprimé tes sentiments du moment, Margarida. Comme toi, je me tiens éloignée de la politique que je connais très mal. Tout ce qu’on peut faire c’est, comme tu le dis, essayer de rester forte, en particulier pour nos proches qui ont besoin de nous… Grosses bises et bon courage !

      Aimé par 1 personne

  7. Je crois que parfois notre sensibilité nous joue des tours, en nous faisant vivre tous ces événements avec tellement d’intensité, en nous faisant sentir si vulnérable.Mais je pense aussi que c’est une force. C’est une sorte de courage que d’affronter la réalité même si elle est dure à supporter, même si elle nous fait souffrir. Tu écris, tu nous livres tes états d’âmes, tu partages et tu nous permets de nous sentir moins seules. De quelque chose de négatif, tu fais quelque chose de positif pour toi et pour nous. Alors courage ! Ces questions que tu te poses, nombreux sont ceux à se les être posées et nombreux, sont ceux qui se les poseront encore. Et la réflexion reste l’arme ultime de l’Homme, celle qui lui fera gagner toutes les guerres contre l’horreur et l’absurdité. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  8. Très bel article. C’est vrai que c’est difficile de revenir dans le cours de notre vie après ce qu’il s’est passé. Tu parles de quelque chose de très complexe, chaque personne aura un avis différent sur le sujet. Les actes qui ont été fait ne sont pas pardonnables et c’est important d’avoir conscience que cela ne se passe pas uniquement en France.
    Ton article est rempli de sensibilité et de réflexion.
    A bientôt !

    Aimé par 1 personne

  9. Tout à fait d’accord ma K. On a tendance à oublier ce qu’il se passe un peu plus loin que le bout de notre nez. Pas le choix pour ce qui est de s’endurcir, le monde c’est un peu la loi de la jungle. Moi j’essaye mais ce n’est pas toujours simple :/ très touchant ton billet en tout cas.

    Aimé par 1 personne

  10. N’étant pas la dernière à faire dans l »insolence », je savoure de vivre dans un état où la liberté d’expression est farouchement défendue…oui, sauf qu’on peut rire de tout mais pas avec tout le monde : les 7 et 8 janvier 2015 nous ont cruellement rappelés que Les Libertés seront toujours un combat ici et partout sur la planète…
    Je t’embrasse fort Karine !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s