Marre d’avoir les jambes en l’air quand…

Non, là, franchement, il faut que ça s’arrête, ça ne peut plus durer. C’est vrai quoi, c’est la honte à la fin ! Je ne suis plus une gamine quand même. A bientôt 40 piges, on s’attendrait à un peu plus de tenue de ma part.

Pourtant, depuis quelques années, depuis que j’ai pris la décision de ne plus y aller en jupe mais en pantalon, j’avoue qu’il y a un mieux. Cela me rassure quelque peu et je me dis qu’au moins si ça m’arrive je resterais décente. Non parce que sinon bonjour l’angoisse et le ridicule !

Mais de quoi peut-elle bien parler, vous demandez-vous peut-être.

En fait, je veux vous dire combien j’en ai marre d’avoir les jambes en l’air quand :

* on me fait une piqûre,

* on me fait une prise de sang,

* on me fait un fond d’œil chez l’ophtalmo,

* on me soigne les dents chez le dentiste…

Vous l’aurez compris, j’en ai marre de faire des malaises vagaux et de me retrouver la tête en bas et les jambes en l’air –  position pour le moins inconfortable – devant de parfaits inconnus.

Pour ceux et celles qui ne le savent pas, un malaise vagal est causé par un ralentissement du rythme cardiaque associé à une chute de tension artérielle. Il se traduit par des vertiges, des nausées, des sueurs, une grande pâleur et une perte de conscience.

Alors, c’est vrai, il n’y a rien de grave à faire un malaise vagal, mais c’est gênant et désagréable. En effet, être plus blanche que la mort, suer comme après deux heures de sport, chercher du regard les toilettes juste au cas où les nausées oseraient s’aventurer plus loin et enfin perdre connaissance, perdre le total contrôle de son corps, là, devant tout le monde, non, vraiment, je m’en passerais volontiers.

Allez, deux petites anecdotes mémorables parmi tant d’autres :

* chez le dentiste :

C’était la première fois que je la voyais. Cette jeune et jolie jeune femme toute menue allait me soigner une dent. Je l’ai prévenu que je faisais des malaises vagaux et que je souhaitais me faire accompagner par Chéri. Mais avec aplomb, elle refusa me disant qu’elle était formée pour faire face à ce genre de situation si celle-ci se présentait. Dubitative, je laissais Chéri dans la salle d’attente et la suivit vers la chaise de torture. Tout alla bien jusqu’à ce qu’elle ait la « bonne idée » de m’expliquer avec force et détails ce qu’elle était en train de faire dans ma bouche ouverte aux quatre vents. Alors commencèrent les sueurs, les points noirs devant les yeux, les picotements dans les mains puis… plus rien. Quand je rouvris les yeux, la jeune et jolie jeune femme toute menue était en train de souffler et de transpirer comme si elle avait piqué un sprint. Et oui, maintenir à la verticale une paire de jambes appartenant à une femme d’1m70 et 60kg est un rien sportif ! Pourtant, je l’avais prévenu…

* chez l’ophtalmo, maintenant :

Alors lui, j’avais l’habitude de le voir chaque année sans qu’il me soit arrivé quoi que ce soit. Mais voilà qu’un jour, il me prescrit un fond d’œil. Il me met donc quelques gouttes dans les yeux et me renvoie dans la salle d’attente bondée de monde le temps que le produit fasse effet, c’est-à-dire qu’il ait dilaté ma pupille. Au début tout se passa bien, mais ensuite rebelote… Ce jour là, je suis tombée deux fois dans les pommes au cours de l’examen. Mais le pire fût quand l’ophtalmo eut juste le temps de me tendre sa corbeille à papier pour que je puisse … vomir… Je ne vous raconte même pas la honte que j’ai eu et que j’ai encore, d’ailleurs, à chaque fois que j’y vais avec ce souvenir très « romantique » en tête.

Des anecdotes comme celles-ci j’en ai à revendre… Et vous ? Cela vous arrive-t-il de tomber dans les pommes ?

Source Pinterest
Source Pinterest
Publicités

20 réflexions sur “Marre d’avoir les jambes en l’air quand…

  1. Belle entrée en matière ! Et pourtant, je n’ai pas nécessairement les idées mal placées… 😉

    Ton récit -au delà de sa forme- m’interpelle. Non-pas que je sois sujet aux malaises vagaux mais parce que je travaille dans le domaine médical.
    N’as-tu jamais consulté pour cela ?
    D’après ce que tu racontes, il est peu probable que ce soit une cause organique (en général, un malaise vagal est rare et reste inexpliqué). Cependant, loin d’être associés à une pathologie psy,, il me semble, que ces malaises sont en lien uniquement avec une situation qui te stresse, qui t’angoisse (consciente ou pas). Maitriser cette angoisse, c’est supprimer ces désagréments…(et vice versa).

    Bref, je ne vais pas m’étendre sur le sujet; cet article n’en est a priori pas le but (mais on peut échanger en privé si tu veux).

    Courage.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai ri en lisant ton article. En effet cela m’est arrivé plus souvent qu’à mon tour et surtout durant mes années d’interne au lycée. Un beau dimanche soir je me sers dans la file de la cantoche et tout à coup je me réveille à l’infirmerie… rien entre. Je me suis « envoyée en l’air  » avec tout le plateau bien fourni…. Moi j’en ai ri par contre les jeunes autour de moi ont eu peur. Il a fallu expliquer. Ma seule hantise c’était quand les enfants étaient petits. Mais heureusement rien n’est jamais arrivé.
    Bises

    Aimé par 1 personne

    • Je suis heureuse de t’avoir fait rire, Sabina ! C’était un peu le but de ce billet qui se voulait plus léger que le précédent… Ton anecdote m’a fait sourire aussi, je me suis bien imaginé le tableau ! Bises et beau weekend.

      J'aime

  3. Coucou !

    Alors là, alors là alors là, j’en aurais pour faire un long discours.

    Tu es la reine des malaises vagales, mais tu n’es pas seule ma fille 🙂 hihihhi !

    T’es déjà tombée dans les pommes dans un supermarché ? Juste parce que la nana que tu as croisée avant t’a raconté avec tous les détails une opération de dentiste ? Moi oui, j’étais tellement mal, je sentais que j’allais tomber et je suis rentrée dans un supermarché, mieux que tomber sur la route ! Ils se sont fait plaisir les gars, ils ont tout déboutonné et m’ont fait de l’air avec les cartons des pommes (très très classe, je te le dis !) Je maîtrise aussi très bien le fait de devoir arrêter une vieille dame à un arrêt de tram de Bruxelles pour lui dire « madame, excusez-moi, je me sens très très mal, je vais toooombbb… » et essayer de lui donner le numéro de téléphone d’une copine. Tout ça, simplement aussi parce que je sortais de chez le dentiste et qu’il m’avait dit qu’une de mes dents n’allait pas bien et que peut-être il faudrait l’arracher. Le moment venu, j’ai laissé de côté ma fierté et ma honte et j’ai fait venir un collègue avec moi (le pauvre) mais vu que j’étais seule à Bxl, sans copain, sans papa, sans maman…

    Bref. Tu l’auras compris. J’ai fait fort aussi. Et ce depuis qu’à 8 ans ma tante était en train de m’expliquer que ma cousine s’était ouvert la jambe et avait eu 6 points de suture. Là, suis tombée dans le magasin que ma tante tenait, heureusement la pharmacie était à côté…

    Dans un avion aussi j’ai été mal. J’étais déjà avec ma petite. J’ai du faire appel à une hôtesse.

    A 35 ans, les choses ne se sont pas arrangées. Je suis maman, j’ai eu une péridurale, plein de prises de sang et machintrucs. Là par contre, tout s’est bien passé ! Bizarre, ehheh !

    Mais je crois que le premier commentaire a raison, un malaise vagale est une sorte de crise d’angoisse. Hélas.

    Mais sinon aujourd’hui il fait beau !!! Hahhaha !

    Aimé par 1 personne

  4. Je me demandais bien où tu voulais en venir ! Ma pauvre, ça ne doit vraiment pas être marrant :-/ et assez angoissant …

    Perso, je ne me suis jamais retrouvée les jambes en l’air … Je me souviens être tombée dans les pommes à cause de la douleur (une première fois pour une toute petite entorse et un deuxième fois pour un coude luxé), m’être sentie très mal physiquement la fois où mon père s’était coupé les doigts. Le plus étrange cette fois-là, c’est que je n’ai eu aucun problème pour chercher et ramasser le(s) doigt(s) mais que j’ai failli faire un malaise quand je l’ai vu lui, blanc comme un linge à cause de la douleur …

    Mais le plus épique fut au moment de la naissance de mon fils en Corse : c’était fin septembre donc l’administration de l’hôpital avait décidé depuis 2 semaines que la clim’ n’était plus utile … Sauf qu’il faisait encore bien 30 ou 40 °C à l’ombre et que la salle était exposée plein Sud. Bref, au moment fatidique, entre la douleur, le jeûne (nourriture ET eau) imposé depuis plus de 12 h et la chaleur justement, j’ai failli tomber dans les pommes …
    Le plus drôle dans l’affaire c’est que le papa a complètement disparu de mon champ de vision pendant la naissance. Et quand j’ai repris mes esprits, je l’ai retrouvé lui, allongé par terre, les jambes en l’air !!!

    Aimé par 1 personne

  5. Coucou ! A une époque, ça m’arrivait souvent … Après les câlins avec mon amoureux ! Le pauvre au début il paniquait ! Et moi aussi d’ailleurs, ça ne m’était jamais arrivé !! Ca fait bien longtemps que ça ne m’est pas arrivé, et c’est plutôt super cool ! Mais par contre, malgré les circonstances, je ne me suis pas retrouvée les jambes en l’air 😉 Bon weekend ! A bientôt !

    Aimé par 1 personne

  6. Coucou!

    hé ben quel récit ce n’est vraiment pas sympa!
    j’en ai fait pas mal enceinte, ça m’arrive aussi parfois si je suis trop fatiguée/stressée/malade (rayer la mention inutile).
    La chance que j’ai par rapport à toi c’est que je connais mes limites et que je sens quand je dois me poser et en général j’arrive à ne pas tomber dans les pommes… mais je me mets moi même par terre et les jambes en l’air ce qui peut sembler très bizarre….

    Aimé par 1 personne

  7. Haha titre et photo intrigants, bravo! Les malaises vagaux j’en ai fait 2 mais je n’avais pas de nausées, après le dernier le toubib m’a dit de surélever mes jambes et ma tête pour essayer de ne pas tomber quand je le sens venir, mais aussi si ça arrive à quelqu’un d’autres, dans le style bons geste à connaître! C’est fou quand même tes malaises car pas facile à gérer, courage! Merci pour cet article! Bizz

    Aimé par 1 personne

  8. Ah! Ah! Je me demandais bien ce qui se cachait derrière le titre de ton article. Et je comprends, j’en fait aussi. Moins maintenant, j’ai un appris à les maitriser en me concentrant sur ma respiration. Mais leur survenue reste très désagréable! Pour la petite histoire, j’en ai fait un pendant un match de foot, au stade de Gerland à Lyon, pas passé inaperçu, et un autre en pleine réunion de service au travail! Et tu as raison c’est gênant!
    Sinon j’espère que tu vas bien. Bises Karine. A très bientôt.

    Aimé par 1 personne

    • Alors, toi aussi, tu connais ce genre de malaise ?! Pas drôle, en effet… Mais heureusement, avec le temps, on arrive à les maîtriser un petit peu plus facilement… Grosses bises Cendrine et à très vite… Bisous ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s