Un dimanche d’août après la canicule

Bien que ce ne soit pas ma saison préférée, j’ai toujours beaucoup aimé l’été avec son soleil éblouissant, sa chaleur généreuse et son ciel tout bleu. Pour moi, l’été est la saison des vacances, des barbecues et des baignades. J’aime son ambiance nonchalante de début d’après-midi et son petit côté festif quand ses soirées s’éternisent. En été, j’ai toujours l’impression que le rythme des journées est plus lent, que le temps passe plus doucement, qu’on profite davantage de la vie, de la nature aussi.

Oui, j’aime ces étés là, ces étés dits « normaux », ceux qui te parent de jolies couleurs, qui te redonnent de l’énergie, et qui te laisseront des souvenirs mémorables. Mais voilà, il existe aussi ceux caniculaires, ceux dits « anormaux », et alors là, le tableau n’est plus aussi enchanteur… Et malheureusement, cet été 2015 a été un de ceux-là.

Je ne sais pas pour votre région, mais, dans la Drôme, on a vraiment eu très très très chaud. Le thermomètre ne faisait que monter sans jamais vouloir redescendre, même la nuit. Personnellement, cet été caniculaire m’a laissée sur le carreau. Je dormais si peu et si mal pendant les nuits que le matin je me levais avec comme seule envie celle de me recoucher. Toute énergie m’avait fuit. Toute volonté m’avait désertée. Les tâches quotidiennes, comme faire la cuisine et le ménage, se révélaient de véritables corvées qui me laissaient essoufflée et transpirante. En plus de ça, la chaleur était tellement intense, même à l’ombre, qu’on ne pouvait pas manger dehors et profiter ainsi de la terrasse. On se terrait à l’intérieur de la maison, dans le noir, les volets étant fermés dès 9 h du matin, et ce, jusque tard dans l’après-midi. Même l’eau des piscines ne rafraîchissait pas tant leur température était élevée !

Mais heureusement, depuis quelques jours, une accalmie me laisse enfin respirer. Les températures plus clémentes me donnent l’impression de revivre enfin. J’ai de nouveau envie de faire des choses. Je m’agite et je m’affaire dans la maison et au-dehors, heureuse de l’énergie retrouvée.

Ce dimanche, en particulier, a été une journée dont j’ai savouré les moindres instants. Après une bonne nuit de repos, je me suis levée tôt et en pleine forme, tant et si bien, qu’à 9 h, j’étais prête pour partir faire une randonnée en montagne de 2 h 30, avec Chéri, ravi de me retrouver après ma léthargie estivale.

Quand nous sommes partis de la maison, à pied, en direction des sentiers de randonnée, le ciel était nuageux, mais il faisait très bon. Je respirais avec délice l’air de la campagne environnante et les paysages étaient superbes, même si l’herbe légèrement roussie portait les stigmates d’un été de feu.

Ciel nuageux Paysage de campagne

Au détour d’un sentier, nous nous sommes retrouvés nez à nez avec une petite famille, une vache et ses deux veaux. Ils étaient là, tranquilles, la mère feignant de nous ignorer et les deux petits nous observant, curieux.

Vache et veaux

Un peu plus haut, dans les coteaux, ce sont des chevaux que nous avons pu admirer. C’est fou comme tout semble simple et paisible dans le règne animal en pleine nature !

Chevaux

Nous avons poursuivi notre route dans un sous-bois, où on se serait cru en automne tant le sentier était recouvert de feuilles mortes et de pommes de pin. Derrière les feuillages d’un vert intense, les rayons de soleil jouaient à cache-cache avec nous, c’était magnifique.

Sous-bois Feuillage

Enfin arrivés au col, à 650 mètres d’altitude, nous avons pu jouir d’un très joli panorama qui nous a donné envie de tout recommencer dès que possible !

Paysage drômois

Sur le chemin du retour, nous avons fait les gourmands en s’empiffrant de mûres sauvages sucrées et juteuses à point ! Un vrai délice !

Mûres

Ça faisait vraiment très longtemps que je n’avais pas fait de randonnée, je pensais donc être fatiguée en rentrant. Et bien, non, à ma plus grande surprise, j’ai eu envie de préparer un bon repas et d’inviter mes proches à venir le partager avec nous. Nous avons donc passé la fin de journée en famille dans une ambiance comme je les aime…

C’est incroyable tout ce qu’on peut faire quand les températures baissent un peu en plein mois d’août…

Et vous ? Comment avez-vous supporté la canicule ?

Publicités

18 réflexions sur “Un dimanche d’août après la canicule

  1. Chez moi, la canicule, c’était début juillet… et je l’ai très mal supportée ! je n’ai pas l’habitude des températures trop élevées… je me sens bien entre 22 et 26… si possible avec un petit vent et de l’ombre à disposition ! Lors de notre séjour à Perpi, les après-midis ont parfois été difficiles : plus de 30° et j’ai l’impression de me liquéfier ! Bisous Karine 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Moi aussi, j’ai plus souffert de la chaleur au mois de juillet. Le plus que nous avons eu c’est 40° à l’ombre, et à l’intérieur 29°. Enfin, c’est derrière nous ! Passe une belle soirée, Fedora. Bises 😉

      J'aime

  2. Nous avons eu très chaud en Dordogne aussi au mois de juillet et comme toi je n’avais pas d’énergie, l’eau de la piscine trop chaude pour le coup ! nous sommes revenus à de meilleures températures et tant mieux ! Tes photos sont sublimes, je te souhaite une belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je crois que le mois de juillet a été vraiment chaud pour beaucoup de régions. Mais comme tu le dis, on respire mieux en ce moment, alors il faut en profiter ! Merci d’apprécier mes photos, Béa 😉 Très belle soirée et à très vite. Bises

      J'aime

  3. Je n’ai personnellement pas souffert de la chaleur. Je pars du principe qu’en Corse, il fait chaud l’été et qu’on doit faire avec … Après, nous ne sommes pas montés à 40°C, nous sommes juste restés autour de 30-35 ! Mais je te comprends.

    Et finalement, un des avantages des saisons exceptionnelles (chaud, humide), c’est qu’on apprécie d’autant mieux le retour à la normale 😉

    Belle promenade en tout cas !

    Aimé par 1 personne

  4. Comme je te comprends 🙂 A Paris ça a été infernal, même pas la perspective d’un petit vent frais pour se ressourcer.
    Tu as bien fait de profiter des merveilles de la nature, chez nous rien de semblable. Juste les « merveilles » de l’architecture pour nous consoler 😀
    Bises ❤

    Aimé par 1 personne

  5. J’aime le soleil pour ma part car il me donne l’énergie et l’envie de faire des choses ! Mais s’il chauffe trop comme il a chauffé fin juin à Paris, là c’est plus possible … L’air y est irrespirable, on se calfeutre dans la maison une horreur pour moi qui déteste être fenêtre fermée !
    Je me serais volontiers invitée à faire cette rando !
    Bisous ma Karine ❤

    Aimé par 1 personne

    • Je suis comme toi, ma Kakou, j’aime et j’ai besoin du soleil ! Mais les très grosses chaleurs, j’ai vraiment beaucoup de mal à les supporter 😦 Ça aurait été cool, une rando ensemble 😉 Plein de bises ❤

      J'aime

  6. Oh que je ressens jusqu’à la moindre terminaison nerveuse ce que tu écris là !!! Tu le sais, dans le Gard, la souffrance fut infernale une partie de juin, tout juillet et jusqu’à la mi-août ! Comme toi, j’étais « zombifiée » par cette horrible chaleur : toujours enfermée, je ne faisais plus de repas chaud pour éviter de rajouter des degrés à l’intérieur, manger dehors par 40° à l’ombre était, en effet, une torture (ajoute à tout ça que nous habitons sur une zone particulièrement envahie par le moustique…tigre qui commence à piquer dès 8h du mat’…bref, moi aussi je me souviendrai de cette édition 2015 ! Alors, ta rando, au frais, en hauteur, avec ces paysages magnifiques, des animaux paisibles, eh bien je la plussoie et elle file une patate exceptionnelle 🙂 Ouf, oui, la canicule, c’en est fini pour cette année et c’est tant mieux ! Je te fais de gros gros gros bisous ma Karine !

    Aimé par 1 personne

  7. La canicule chez moi fut vécue entre transat à l’ombre (merci les muriers) et la piscine où on plongeait régulièrement, c’est-à-dire au moins deux fois : 1 matin et 1 en fin de journée qui durait…. Mais bon l’arrière pays méditerranéen est coutumier du fait des températures extrêmes.
    Sinon les murs épais de notre vieille bicoque nous ont permis de pas trop souffrir des 45°C pendant 4 semaines. Et puis les salades en tout genre furent les bien venues. J’avais l’impression de ne plus savoir faire la cuisine tellement on mangeait de crudités. Depuis dimanche et les orages tout est enfin rentré dans l’ordre et cette nuit il a fait si frais (12°C) que je me sui levée pour aller chercher la couette (mais la fenêtre est grande ouverte pour profiter de la nuit et de ses bruits).
    L’automne n’est pas encore là et l’arrière saison s’annonce fort belle et je compte bien profiter de ces moments superbes. Des jours chauds 30-35°C et des nuits fraîches, reposantes et le bonheur de pouvoir travailler au jardin et de lui donner une deuxième jeunesse.
    Bises

    Aimé par 1 personne

  8. Juillet a été plus chaud pour moi. J’ai noté une belle différence entre la canicule en ville, et la canicule en pleine nature, et la seconde est nettement plus supportable à mon sens !
    En tout cas, tes photos sont très chouettes, et donnent envie d’aller se balader par chez toi !

    Aimé par 1 personne

    • Comme toi, j’ai pu faire la différence entre la canicule à la ville et celle à la campagne, et j’arrive à la même conclusion, elle est plus facile à supporter à la campagne ! Enfin, heureusement, elle est derrière nous maintenant, on va pouvoir respirer… enfin… Merci d’aimer mes photos, ça fait plaisir ! Grosses bises 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s