Il avait tout faux… avec moi, ça ne marche pas comme ça.

dragueur

J’aime la simplicité, l’authenticité. Pour me plaire, mon chéri n’a pas eu besoin d’en faire des tonnes. Il a suffi d’un peu d’humour, de sincérité, de franchise et d’honnêteté pour que mon cœur vacille. J’aime les gens qui sont vrais, non superficiels, qui ne misent pas tout sur les apparences. Je me souviens d’une anecdote qui illustre tout à fait mes propos.

J’avais 20 ans. La semaine, étudiante sur Grenoble, je vivais dans un petit studio attenant à la maison des propriétaires. Le week-end, je rentrais chez mes parents.

Un soir, vers 18h, je m’apprêtais à entrer dans mon studio quand la fille des propriétaires m’appela et m’invita à entrer chez eux. Avec un large sourire, elle me dit : « Tu ne nous avais pas dit que tu avais un amoureux ! » Interloquée, je les regardais sans comprendre. Alors, me montrant un énorme bouquet de roses rouges posé sur la table de la cuisine, elle reprit : « Un livreur a déposé cela pour toi. »

Source Pinterest
Source Pinterest

Sur le moment, je pensais que c’était une blague. Je lui assurais que j’étais célibataire et que je n’avais aucune idée d’où ces roses pouvaient bien provenir. Mais je vis dans ses yeux qu’elle ne croyait pas un mot de ce que je lui racontais. J’emportais donc le volumineux bouquet de roses dans mon studio.

Songeuse, je disposais les roses dans un vase, incapable de deviner quelle main avait pu écrire les quelques mots que je venais de découvrir sur la carte accompagnant les fleurs : « De la part d’un fidèle admirateur ». Quel cliché ! Ai-je pensé tout bas. Mais ce que je ne savais pas encore c’est que cette soirée allait m’emmener de cliché en cliché.

Aux alentours de 22h, alors que je buvais tranquillement ma tisane du soir, le téléphone se mit à sonner. Qui pouvait bien m’appeler à cette heure tardive ?! Je décrochais le combiné et j’entendis une voix masculine que je ne reconnaissais pas me demander : « Alors, tes roses te plaisent ? » Surprise, je demandais qui était à l’appareil. La voix me répondit : « C’est Stéphane* ! » « Stéphane ? » J’avais beau faire travailler mes neurones, je ne parvenais pas à mettre un visage sur cette voix, ce prénom. C’était légèrement flippant ! Il m’expliqua alors quand et comment on s’était rencontré, et enfin la mémoire me revint. J’avais fait vaguement sa connaissance lors d’une soirée chez des amis. Il était de Lyon, avait 10 ans de plus que moi et son physique n’était pas désagréable. Comment il s’était procuré mon numéro de téléphone ? Mystère ! Encore un ami bien attentionné qui avait dû le lui donner à sa demande…

Gênée, je le remerciais pour les roses. La question qu’il me posa alors me laissa sur le carreau : « Devine où je suis ? » Je n’osais pas penser à la réponse que je devinais déjà. « Euh, je ne sais pas… » lui répondis-je d’une petite voix. Et lui, de répondre sur un ton conquérant : « Je suis garé devant chez toi, on peut se voir ? » Tout se bousculait dans ma tête. Que faire ? Le recevoir ? Aller à sa rencontre, dehors, à cette heure ? Il était venu de Lyon jusqu’à Grenoble quand même… Attendant ma réponse, je lui répondis que je sortais le voir.

Source Pinterest
Source Pinterest

Il faisait noir et froid, mais je n’eu pas de problème pour le repérer. Il était appuyé, avec une désinvolture étudiée, contre la portière d’une décapotable qu’éclairait la lumière d’un réverbère. En m’approchant, j’aperçus une bouteille de champagne posée sur le siège passager. Pour fêter quoi ?! Allez savoir… Avant même d’approcher mon visage du sien pour lui faire la bise, les effluves de son parfum remplirent mes narines au point de me faire tousser. Je pensais, un peu ironiquement, qu’il avait dû vider la bouteille sur lui.

Après les salutations d’usage, il commença à me baratiner, allant jusqu’à me dire, qu’ayant quelques notions en morphopsychologie, il avait décelé, grâce à la forme de mon visage, que nous étions faits l’un pour l’autre. Je n’en croyais pas mes oreilles ! Il était sérieux, là ?! Je faillis regarder tout autour de moi pour m’assurer que ce n’était pas une caméra cachée !

Mais lui, sur de son coup, ne se doutant pas une seule seconde que son plan était voué à l’échec avec moi, continua sur sa lancée en m’invitant au restaurant. Comprenant que je devais mettre un terme à ses illusions le plus rapidement possible, je déclinais gentiment son invitation.

Il ne comprit pas mes réticences. Je ne les justifiai pas. Je ne désirais pas sortir avec lui, un point c’était tout. Ce n’était quand même pas parce qu’un homme, que je n’avais vu qu’une ou deux fois, me sortait le grand jeu que je n’avais pas mon mot à dire, que c’était gagné d’avance ! Je n’avais rien demandé, moi. Les roses, le champagne, la décapotable, l’invitation au resto, la cascade de parfum, le trajet Lyon-Grenoble, ok, c’était bien beau, mais voilà, cela ne le rendait pas plus attirant à mes yeux. Nous nous séparâmes.

La semaine suivante, je repensais beaucoup à lui, à mon attitude, me demandant si j’avais bien fait ou pas de réagir ainsi. Le nuage de la culpabilité pointait à l’horizon. Mais ce que j’appris quelques jours plus tard m’ôta mes derniers scrupules. Il mangeait régulièrement au resto avec ma meilleure amie. Elle avait sa photo dans son portefeuille. Les roses, le champagne, elle y avait eu droit, elle aussi. Et la décapotable était une voiture louée…

Avide de sincérité et d’authenticité, j’avais dû être rebutée, sans le savoir, par cette mascarade.

Et vous, qu’auriez-vous fait ?

*Par souci d’anonymat le prénom a été changé.

ArticlepubliéSobusygirls

Publicités

31 réflexions sur “Il avait tout faux… avec moi, ça ne marche pas comme ça.

  1. S’il y a bien une chose à laquelle je ne ne succombe pas , c’est bien à l’hypocrisie et au « tape à l’oeil  » de l’être humain , j’aime la simplicité , l’authenticité et le naturel , alors bien sur , comme toi , je n’aurais en aucun cas était séduite par ce genre de « phénomène »,bien au contraire ça me fait fuir , et tanpis si on nous juge d ‘ « insociable »….le principal c’est de rester soi-mème , pour garder ses VRAIES valeurs !!!
    Encore un point commun avec toi :-), j’en suis ravie ..
    gros bisous Miss TAMARA ..
    Kathy

    Aimé par 1 personne

    • C’est vrai qu’on passe parfois pour des sauvages… Mais c’est pour la bonne cause, alors… Moi aussi, je suis ravie qu’on soit sur la même longueur d’onde toutes les deux, ma chère Kathy ! Ça fait vraiment plaisir ! Je t’embrasse bien fort ❤

      J'aime

  2. Moi j’aurais eu peur de descendre à 22h pour le rencontrer alors je serais plutôt restée chez moi et j’aurais refusé son invitation. Tu as bien fait! C’était trop comme au cinéma pour que ça fasse vrai!
    Garde ton authenticité, elle te va si bien!
    Bonne soirée Karine!

    Aimé par 1 personne

  3. J’aurais flippé… 🙂 Après je ne sais pas, tout est histoire de feeling. J’ai écrit un billet la semaine dernière sur « le mec de la rue à qui tu lâche ton numéro alors que tu sens bien que ça va pas le faire ». Le mec est, semble t’il, taré, donc j’ai bien fait de ne pas donner suite, mais un peu comme toi, je crois que le too much et le manque de simplicité me bloque assez vite. J’ai besoin que ça coule, que ça soit fluide, et surtout pas compliqué, un genre d’évidence.
    Belle soirée.
    Elise

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est vrai, avoir un bon feeling est essentiel pour une belle relation. Et comme tu le dis, elle devient alors une évidence. Le too much à la poubelle et vive la simplicié ! Belle journée ma belle Elise. Bises.

      J'aime

    • Bien d’accord avec toi Petite Yaye, l’authenticité, il n’y a que ça de vraie ! Oui, peut-être parlerai-je un jour de la rencontre de mon grand amour… 😉 Ravie de te revoir par ici ! Je t’embrasse.

      J'aime

  4. je ne supporte pas les frimeurs et ceux quyi croient que tout est gagné d’avacnce, alors déjà je l’aurai jeté pareil! lol
    ce que tu as découvert après ne fait que confirmer que tu as bien senti les choses!
    bizzz

    Aimé par 1 personne

  5. Trop beau pour être vrai! Je ne dis pas qu’à 20 ans je ne serai pas tombée dans le panneau (quoique pas sûre que je serai descendue). Ceux qui en font trop, ça m’interpelle. L’authenticité est reine en amour Karine! Je pense que tu le sais depuis toujours.
    Bises et merci pour le partage de ce petit récit de vie.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Tamara. J’espère que tu vas bien. Que rajouter ? Je suis évidemment d’accord avec tout le monde. Ce genre de frimeur me fait bondir ! Tu as eu quand même le courage d’aller l’affronter en pleine nuit. Bravo, je ne sais pas si j’en aurais fait autant. Rien de mieux que le naturel et l’authenticité. Bonne journée. À bientôt. Bisous.

    Aimé par 1 personne

  7. Moi aussi j’aurais flippé. Sous couvert de romantisme, ce mec s’imaginait qu’il pourrait tout obtenir de toi. C’est bien connu les femmes sont toutes des princesses qui rêvent du prince charmant arrivant sur son fier destrier (une voiture de loc’ en l’occurrence). Ou pire, ces femmes ne sont que des êtres superficiels qui sont prêtes à tout pour peu qu’on les flatte en leur offrant fleurs et voiture de luxe.
    Bref, tu as eu raison de te méfier !
    (Et puis un mec qui a mon numéro, qui m’attend devant chez moi alors que je ne le connais pas, ressemble plus à un psychopathe qu’à l’homme de mes rêves ^^).

    Aimé par 1 personne

  8. J’aurais eu un fou rire en lui demandant où il avait piqué ce plan de cinoche foireux, mais je serais descendue avec dans la poche un quelque chose qui me permette de me défendre le cas échéant (trop bien élevée). Car ce genre de mecs trop surs d’eux m’ont toujours laissé une drôle d’impression et je ne leur tourne jamais le dos, trop dangereux, même quand j’avais 18 ans.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s