Une semaine après, tous, nous pensons Paris

Une bonne communication

Une semaine déjà. J’ai l’impression que c’était hier. Le temps s’est arrêté, comme suspendu au-dessus de ma tête. J’ai beau dire, j’ai beau faire, mes pensées sont toujours là-bas, à quelques centaines de kilomètres d’où je vis. Je pense Paris.

De jour comme de nuit, Paris hante mon esprit. Toutes ces vies arrachées me brisent le cœur en 1000 morceaux. Morceaux que je tente désespérément de remettre en place. Mais le puzzle est compliqué. J’ai comme l’impression qu’il va me demander beaucoup de temps.

Non, ce n’est pas si simple de faire que la vie continue. On le clame haut et fort, on ne cesse de se le répéter, mais en vérité, ce vendredi 13 nous a changé. Qu’on le veuille ou pas, c’est comme ça. On n’y peut rien, c’est plus fort que soi, ça nous dépasse.

La peur, la colère, l’incompréhension, l’épouvante, la tristesse et le désespoir sont des sentiments normaux face à ce déferlement de haine aveugle et meurtrière. Je pense qu’on ne peut s’habituer à vivre avec. On doit juste composer avec, apprendre à cohabiter avec, désormais. Mais cette idée même nous rebute. Non, ce n’est pas possible, pas chez nous, pas en France, pas ici ! Et pourtant, quand on y réfléchit, c’est déjà ce que vivent des milliards de personnes depuis des décennies de conflits, dans le monde.

D’ailleurs, j’aimerai leur demander à tous ces gens dont l’odeur de la mort ne quitte pas leur quotidien : « Comment faites-vous ? Comment vous relevez-vous ? Comment ne succombez-vous pas à vos peurs les plus légitimes ? Et vos enfants, comment survivent-ils parmi cette violence ? » Peut-être me répondraient-ils : « Nous vivons un jour à la fois, sans trop penser au passé, sans trop imaginer l’avenir, en essayant juste de profiter du présent… » Et certainement qu’ils auraient raison. Oui, je crois que c’est la meilleure chose à faire dorénavant : profiter quotidiennement des petites choses que la vie nous offre en évitant de s’inquiéter outre mesure du lendemain.

Mais c’est plus facile à dire, à écrire, qu’à faire. Aujourd’hui, comme hier, nous vaquons à nos occupations. On travaille, on consomme, on fait des projets… Mais ce n’est plus pareil. Le cœur n’y est plus. Ça manque de saveur.

Je croise des gens dans la rue, les magasins, certains paraissent comme anesthésiés, la tête ailleurs, faisant des gestes machinaux. Ils me font mal. C’est trop triste. D’autres semblent gais et heureux, souriant dès qu’on croise leur regard. Ils m’étonnent. Mais quand on essaie d’entamer la conversation, très vite leur sourire se fige, car alors le sujet de discussion n’est autre que Paris. Ils pensent Paris eux aussi.

Qu’on pleure ou qu’on rit, qu’on soit proche ou loin, tous nous avons mal avec elle. Tous, nous pensons Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

16 réflexions sur “Une semaine après, tous, nous pensons Paris

  1. Encore des mots qui décrive tout à fait ce que l’on ressent …comme toi j’ai cette affreuse impression que le temps s’est arrêté depuis ce vendredi 13, tout ne sera jamais comme avant, j’ai envie de  » vomir » quand je pense à toutes ces vies « arrachées » , et tellement triste pour toutes f ces familles,… ça fait mal au plus profond de nous mêmes…
    Merci de partager tes sentiments , qui nous font être vivants et humains <3.
    Je t'embrasse Karine, prends soin de toi et ceux que tu aimes <3, et n'oublions pas …
    Kathy.

    Aimé par 1 personne

    • Ma chère Kathy, tes mots sont particulièrement touchants. Je te remercie de les avoir exprimé ici car ils permettent de se sentir moins seul. Essaye de passer un bon week-end en prenant soin de toi et des tiens… Je t’embrasse.

      J'aime

  2. Bonsoir Miss. Oui, tu as les mots justes. Plus rien ne sera comme avant. Nous aurons beau faire, tout a changé et comme toi, j’y pense sans arrêts. L’atmosphère dans les rues est lourde et pesante et j’ai peur des amalgames. Passe une très bonne soirée malgré tout. Bisous.Isabelle.

    Aimé par 1 personne

  3. Voir des militaires se balader dans ma ville, Bruxelles, entendre des sirènes de polices partout, voir sans cesse mon fil d’actualité inondé de ces articles de journaux qui nous racontent de manière plus précisé à chaque fois l’horreur … parfois je n’y arrive juste plus. J’aimerais oublier, je ne peux oublier.

    Aimé par 1 personne

  4. Un travail de deuil si particulier ! Je ne connaissais pas personnellement les victimes mais elles sont tous rentrés dans ma vie après leur mort et n’en ressortiront pas de sitôt.
    Je fais plein de projets d’avenir pour tenir debout face à l’atrocité et plus que jamais, je veux aimer et rire et vivre….Je te fais plein de gros bisous ma Karine.

    Aimé par 1 personne

    • Comme toi, je ne connaissais aucune de ces personnes et pourtant… Tu as raison ma Aline de faire des projets, il faut s’occuper l’esprit par de belles et bonnes choses si on veut tenir bon ! Courage ma belle ! Gros gros bisous.

      J'aime

  5. Je crois que c’est ce que les gens font Karine, ils vivent au jour le jour. Une amie libanaise me disait justement qu’elle n’avait pas peur car la guerre elle connait, elle l’a vécu sous toute ses forme au Liban. Elle me dit que ça passera, qu’il faut faire confiance à la vie. Alors je l’écoute, même avec le coeur bien abîmé. J’embarque la peur avec moi chaque matin et je la laisse à la porte de la maison le soir. Mes nuits sont marquées par ces visages, ce drame humain, par ces drames humains qui se multiplient. Et je rêve d’images douces…
    Merci pour tes mots ma jolie. Prends soin de toi et passe un doux weekend.

    Aimé par 1 personne

  6. Oui c’est ça … tout manque de saveur …
    Bien sûr la vie continue mais … Je ne connaissais aucune des victimes mais mon empathie fait comme si c’était un ami, un parent ….
    Et la peur est là s’insinuant dans mon corps et mon esprit …
    Je devrais aller dans certains quartiers de Paris pour les cadeaux de Noël mais je n’y arrive pas ….
    Je t’embrasse ma Karine …. ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s