L’appel de la vie réelle plus fort que tout

Concilier vie réelle et vie virtuelle est-ce toujours possible ? Je l’ai cru pendant un temps. Mais depuis quelques mois, j’ai de plus en plus de mal à trouver le bon équilibre entre les deux.

Passer des heures et des heures devant un écran d’ordinateur, regarder la danse folle de mes doigts sur un clavier, lire et commenter des articles de blogs à longueur de journée, partager des petits bouts de ma vie dans des billets étaient devenus mes passe-temps favoris.

Ecrire, être lue, générer des émotions et des réactions sur ses lecteurs, découvrir son dernier article en « Une » d’Hellocoton peut être si enivrant que cela peut aussi se révéler une véritable addiction. C’était devenue ma drogue quotidienne sans laquelle ma journée me paraissait terne et sans saveur.

Je suis une fille entière. Quand je m’engage dans quelque chose, je me donne corps et âme. Mon apparition sur la blogosphère n’a donc pas dérogé à la règle. Pour mon blog et pour ceux des autres, je n’ai pas compté mon temps ni mon énergie. J’ai donné, donné, donné… Mais ce que je donnais dans la vie virtuelle, je ne pouvais pas, en même temps, le donner dans la vie réelle. Ce temps et cette énergie dépensés sur la blogosphère n’étaient donc plus disponibles pour ceux qui m’aimaient dans la vraie vie.

Alors, petit à petit, j’ai opéré quelques changements dans ma façon de blogguer. Mes priorités ont changé.

De tout mon être, aujourd’hui, je sens l’appel de la vie réelle se faire de plus en plus fort. Je réapprends à me délecter en elle, à la vivre pour de vraie, plus pleinement, l’esprit libre.

Alors, s’il vous plaît, ne m’en veuillez pas si je vous lis moins, si mes commentaires sur vos jolis billets se font plus rares, si mes publications se font plus épisodiques car, sachez-le, vous restez dans mon cœur malgré tout. C’est juste que je suis une fille qui ne sait pas faire deux choses à la fois et qui a décidé de délaisser un petit peu la vie virtuelle pour la vie réelle…

Source Flickr
Source Flickr

Mon blog, mon blook

Mon blookBlogueuse, je pianote sur des claviers à longueur de journée. Mon ordinateur, ma tablette et mon smartphone sont des fidèles compagnons sans lesquels mon blog n’aurait jamais vu le jour. Ils font partie de mon quotidien au même titre que ma tasse de thé du matin ou mon carré de chocolat d’après déjeuner. Pourtant, je suis loin d’être une geekette, amoureuse que je suis de l’encre et du papier… des livres quoi !

Alors, vous imaginez sans mal quel fut mon enthousiasme quand j’appris qu’il existait des sites internet qui proposaient l’édition sur papier de son blog :

le blook !

J’avais enfin trouvé le moyen de réunir étroitement mes deux passions : le blog et le livre.

Je n’ai pas sauté le pas tout de suite. J’ai laissé mûrir cette idée… Et puis, il y a quatre jours, je me suis décidée en testant pour vous le site internet BlookUp.

Pourquoi je vous en parle aujourd’hui ? Tout simplement, parce que je viens tout juste de recevoir mon blook par la poste et que j’ai pu ainsi voir le résultat…

 Mon blook

Mon blook

Mon blook

* Verdict :

Je suis agréablement surprise et vous m’en voyez ravie !

Le papier est d’excellente qualité, les photos sont belles, la reliure est soignée et j’apprécie la table des matières en dernière page.

* L’élaboration :

Elle est très simple. Si vous le souhaitez, sur leur site, vous pouvez faire une simulation que vous déciderez ou non de passer ensuite en commande.Mon blook

Ce que je trouve bien, c’est qu’on a le choix des articles, des photos et des commentaires à éditer. Par exemple, moi, j’ai voulu faire de ce blook une sorte de recueil d’anecdotes autobiographiques, je n’ai donc sélectionné que les récits qui y correspondaient. C’est comme si, en quelques sortes, je publiai mes mémoires…

Pour son titre, j’ai préféré « Bulles de vie » au titre de mon blog pour souligner son côté autobiographique, aspect encore accentué par son sous-titre « Mémoires ». Par contre, j’ai gardé mon pseudo « Miss Tamara » en guise de signature.

J’ai aimé aussi rédigé la petite bio auteur et le résumé pour la 4ème de couverture tout en y insérant une jolie photo inspirante.

* La livraison :

Le site promet une livraison sous 8 jours ouvrés, je l’ai reçu sous 4 jours… tout va bien !

* Le prix :

Bon, en tout, avec la livraison, j’ai payé 30.08 € pour un blook de 113 pages (soit 38 publications de mon blog) + son e-book téléchargeable. Vu la qualité du produit, cela me paraît raisonnable…

Franchement, je ne regrette pas mon achat et suis heureuse que mon blog ait maintenant une place dans ma bibliothèque !

Et vous, avez-vous testé le blook ?

Mon blook

Passer dans l’anonymat, quel délice !

Crédit photo Pinterest

 

Quand j’ai ouvert mon tout premier blog, je n’en ai pas fait un mystère. Mes proches, mes amis, mes connaissances ont pu le découvrir à leur guise et le commenter. Les échos qui m’en revenaient étaient, à ma grande joie, positifs et encourageants. Mais voilà, au fil des mois, j’ai ressenti le besoin d’écrire davantage de billets humeur, de relater quelques anecdotes vécues, de partager des instants de ma vie plus intime et alors le statut d’anonyme a commencé à me manquer cruellement. Je ne me sentais pas vraiment libre dans mon écriture, j’avais peur du jugement, des éventuels reproches ou critiques, des regards surpris et étonnés de ceux qui m’entourent…

C’est pourquoi, j’ai décidé d’ouvrir un deuxième blog « La Miss Tamara » dans lequel vous pouvez retrouver tous mes anciens billets humeur, mais aussi de nombreux à venir dans lesquels je n’aurais plus autant de crainte à me livrer davantage. Aujourd’hui, dans mon entourage proche, seul Chéri a un droit de regard sur ce que j’écris sur ce nouveau blog. Pourquoi ? Parce que dans son regard je n’y vois jamais de jugement, mais au contraire, de la compréhension. D’ailleurs, quand je lui ai parlé de ce nouveau projet, son enthousiasme et ses encouragements m’ont vraiment poussé rapidement à l’action. Pour cela je l’en remercie du fond du cœur…

« Se faire virer à cause de son mois de naissance » est mon tout premier billet à avoir été écrit avec ce délicieux statut d’anonyme. Franchement, je me suis régalée ! Quelle liberté, quelle légèreté j’ai ressenti en écrivant ces lignes ! Plus de questionnement, plus de doute, plus d’angoisse, plus de crainte, j’avais enfin la sensation de me lancer dans le vide sans avoir peur de tomber et de me faire mal. Je me lançais dans le vide avec cette étrange sensation  de pouvoir voler comme le ferait un oisillon quittant le nid pour la première fois et découvrant qu’il peut s’élever dans les airs et voler haut.

Pourquoi ce nom  « La Miss Tamara » ? Tout simplement, parce que j’ai toujours trouvé ce prénom très joli et « Miss » parce que j’aime l’idée qu’une partie de nous-mêmes, mesdames, reste toujours jeune. D’ailleurs, ne sommes-nous pas ravies quand, malgré les années qui passent, il arrive encore que l’on nous dise « Mademoiselle » ?!

Alors bien sûr, ouvrir un nouveau blog demande beaucoup de travail et d’énergie. On recommence tout à zéro. Le nombre de nos lecteurs s’accroît tout doucement. Mais ce n’est pas grave, dans la balance, le privilège d’écrire dans l’anonymat pèse beaucoup plus lourd que celui du nombre d’abonnés.

Cependant, si vous souhaitez me suivre sous d’autres latitudes voici quelques liens :

Google +

Facebook

Twitter

Inspilia

Et vous, bloguez-vous dans l’anonymat ou pas ? Pourquoi ?