Un dimanche d’août après la canicule

Bien que ce ne soit pas ma saison préférée, j’ai toujours beaucoup aimé l’été avec son soleil éblouissant, sa chaleur généreuse et son ciel tout bleu. Pour moi, l’été est la saison des vacances, des barbecues et des baignades. J’aime son ambiance nonchalante de début d’après-midi et son petit côté festif quand ses soirées s’éternisent. En été, j’ai toujours l’impression que le rythme des journées est plus lent, que le temps passe plus doucement, qu’on profite davantage de la vie, de la nature aussi.

Oui, j’aime ces étés là, ces étés dits « normaux », ceux qui te parent de jolies couleurs, qui te redonnent de l’énergie, et qui te laisseront des souvenirs mémorables. Mais voilà, il existe aussi ceux caniculaires, ceux dits « anormaux », et alors là, le tableau n’est plus aussi enchanteur… Et malheureusement, cet été 2015 a été un de ceux-là.

Je ne sais pas pour votre région, mais, dans la Drôme, on a vraiment eu très très très chaud. Le thermomètre ne faisait que monter sans jamais vouloir redescendre, même la nuit. Personnellement, cet été caniculaire m’a laissée sur le carreau. Je dormais si peu et si mal pendant les nuits que le matin je me levais avec comme seule envie celle de me recoucher. Toute énergie m’avait fuit. Toute volonté m’avait désertée. Les tâches quotidiennes, comme faire la cuisine et le ménage, se révélaient de véritables corvées qui me laissaient essoufflée et transpirante. En plus de ça, la chaleur était tellement intense, même à l’ombre, qu’on ne pouvait pas manger dehors et profiter ainsi de la terrasse. On se terrait à l’intérieur de la maison, dans le noir, les volets étant fermés dès 9 h du matin, et ce, jusque tard dans l’après-midi. Même l’eau des piscines ne rafraîchissait pas tant leur température était élevée !

Mais heureusement, depuis quelques jours, une accalmie me laisse enfin respirer. Les températures plus clémentes me donnent l’impression de revivre enfin. J’ai de nouveau envie de faire des choses. Je m’agite et je m’affaire dans la maison et au-dehors, heureuse de l’énergie retrouvée.

Ce dimanche, en particulier, a été une journée dont j’ai savouré les moindres instants. Après une bonne nuit de repos, je me suis levée tôt et en pleine forme, tant et si bien, qu’à 9 h, j’étais prête pour partir faire une randonnée en montagne de 2 h 30, avec Chéri, ravi de me retrouver après ma léthargie estivale.

Quand nous sommes partis de la maison, à pied, en direction des sentiers de randonnée, le ciel était nuageux, mais il faisait très bon. Je respirais avec délice l’air de la campagne environnante et les paysages étaient superbes, même si l’herbe légèrement roussie portait les stigmates d’un été de feu.

Ciel nuageux Paysage de campagne

Au détour d’un sentier, nous nous sommes retrouvés nez à nez avec une petite famille, une vache et ses deux veaux. Ils étaient là, tranquilles, la mère feignant de nous ignorer et les deux petits nous observant, curieux.

Vache et veaux

Un peu plus haut, dans les coteaux, ce sont des chevaux que nous avons pu admirer. C’est fou comme tout semble simple et paisible dans le règne animal en pleine nature !

Chevaux

Nous avons poursuivi notre route dans un sous-bois, où on se serait cru en automne tant le sentier était recouvert de feuilles mortes et de pommes de pin. Derrière les feuillages d’un vert intense, les rayons de soleil jouaient à cache-cache avec nous, c’était magnifique.

Sous-bois Feuillage

Enfin arrivés au col, à 650 mètres d’altitude, nous avons pu jouir d’un très joli panorama qui nous a donné envie de tout recommencer dès que possible !

Paysage drômois

Sur le chemin du retour, nous avons fait les gourmands en s’empiffrant de mûres sauvages sucrées et juteuses à point ! Un vrai délice !

Mûres

Ça faisait vraiment très longtemps que je n’avais pas fait de randonnée, je pensais donc être fatiguée en rentrant. Et bien, non, à ma plus grande surprise, j’ai eu envie de préparer un bon repas et d’inviter mes proches à venir le partager avec nous. Nous avons donc passé la fin de journée en famille dans une ambiance comme je les aime…

C’est incroyable tout ce qu’on peut faire quand les températures baissent un peu en plein mois d’août…

Et vous ? Comment avez-vous supporté la canicule ?

La nature et son pouvoir de séduction

Dans le passé, je n’ai pas toujours été très proche de la nature. Bien souvent, mes contacts avec elle se résumaient à la petite balade du dimanche, aux vacances à la mer ou à la montagne, et aux jolis bouquets de fleurs de Chéri.

Mais progressivement les choses ont évolué entre nous…Fleur de bignone

Je me suis rapprochée d’elle, il y a environ 4 ans, quand j’ai quitté la ville pour la campagne. Étrangement, la citadine que j’étais s’est très vite adaptée à ce nouveau cadre de vie. Comment, en effet, regretter le bruit des klaxons, des sirènes de pompiers, des pots d’échappements quand on a la joie de goûter enfin aux bienfaits du silence ? Comment ne pas apprécier d’être réveillée, de bon matin, par le chant des oiseaux plutôt que par le ronflement du camion des éboueurs ? Comment ne pas rester sans voix devant un magnifique coucher de soleil jamais gâché par le toit et les cheminées de l’immeuble voisin toujours trop proche ? Oui, vraiment, la nature m’a séduite… Fleur de bignone

Et puis, notre relation a encore franchi une étape lorsque, après un problème de santé assez grave, j’ai ouvert les yeux sur la fragilité de la vie. J’ai compris combien la vie est courte et précieuse et qu’il ne faut pas la gâcher mais, au contraire, la préserver du mieux possible et en profiter sainement. A partir de ce moment là, je me suis penchée sérieusement sur tout ce que la nature a à nous offrir pour vivre mieux. Je suis allée de découverte en découverte, toujours plus émerveillée, jamais déçue.

Aujourd’hui, la nature est, pour moi, synonyme de beauté, d’apaisement et de sérénité. C’est pourquoi j’aime l’observer, la prendre en photo et, quelques fois, l’inviter à ma table pour qu’elle puisse exercer son pouvoir de séduction sur mes amis. Et je peux vous dire qu’elle gagne à tous les coups ! Fleur de bignone

Voici ma participation au RDV Instantanés Singuliers

du blog L’Atmosphérique Marie Kléber.

Thème du mois de juin :

Naturellement vôtre

Flower Power 2015 #2

Poème à Lou

Pétales de pivoine

Trois pétales de pivoine

Rouges comme une pivoine

Et ces pétales me font rêver

Ces pétales ce sont

Trois belles petites dames

A peau soyeuse et qui rougissent

De honte

D’être avec des petits soldats

Elles se promènent dans le bois

Et causent avec les sansonnets

Qui leur font cent sonnets…

Guillaume Apollinaire

Pivoine

Voici ma participation au projet photographique Flower Power by Bernieshoot.

#flowerpower2015

Flower Power 2015